Sauvons le Pass Navigo toutes zones

Lors de la séance plénière du 22 janvier 2016, Huguette Fouché est intervenue à propos du Pass navigo toutes zones

http://www.dailymotion.com/video/x3p0k01

 

 

Madame la Présidente, chers collègues,
Le forfait Navigo « toutes zones » est, en soi, une réelle avancée dans la politique tarifaire des transports franciliens. Il rétablit en effet un équilibre entre les habitants de Paris et la petite couronne qui bénéficient d’un réseau dense et d’une fréquence de dessertes importante, et les habitants de la grande couronne qui devaient régler un forfait plus cher alors que l’offre de service est moins dense. Nous souhaitons donc, avec vous, défendre le principe de zone unique.

Et c’est là notre préoccupation, car une mesure non financée est une mesure vouée à disparaître. Or les chiffres s’imposent à nous : 300 millions restent à trouver chaque année pour la financer.
Nous tenons à souligner l’inconséquence du vote de cette mesure, promise pendant la campagne de 2010, et mise en place, opportunément, en septembre 2015, cinq ans plus tard, à la veille des élections régionales. Cette pirouette pourrait être comique si elle ne mettait pas en danger les capacités d’intervention de la Région pour les années à venir.

Votre premier objectif, Madame la Présidente, et c’est le nôtre : assainir les finances régionales pour retrouver des marges d’action, d’investissement. Le 13 décembre dernier, Les Franciliens ont voté pour en finir avec une politique gestionnaire à bout de souffle, et ont mis leur espoir dans notre volonté collective de retrouver le chemin d’une action publique à la fois efficace et volontaire. Nous ne pouvons pas envisager d’hypothéquer, ne serait-ce qu’une partie des chantiers que nous comptons lancer, en raison de ce surcoût non financé de 300 millions d’euros annuels.

A ce titre, il est impensable que la Région éponge seule les pertes de recettes liées à cette nouvelle tarification, de même que le Stif ne peut se retrouver seul à les assumer : tous les partenaires institutionnels de notre région capitale doivent prendre leur part dans le financement de cette mesure qui profite à tous.

Dans la discussion qui s’engage avec le gouvernement, il est important que la Région se montre ferme et déterminée à ne pas assumer seule l’irresponsabilité de la majorité sortante. Les Franciliens nous ont confié ce mandat, et vous pouvez compter, Madame la Présidente, sur notre soutien plein et entier dans le processus de discussions que vous avez entamé.

Je vous remercie.

Partager sur
  • Partager via Facebook
  • Partager via Google
  • Partager via Twitter
  • Partager via Email