100 000 stages pour les jeunes franciliens

Les stages facilitent l’entrée dans le monde professionnel, permettent d’enrichir les parcours et les CV et offrent des expériences professionnelles aux jeunes complétant ainsi leur formation.

http://www.dailymotion.com/video/x3u7vipMadame la Présidente,

Par cette délibération, nous agissons concrètement et symboliquement sur une des questions les plus cruciales du chômage, à savoir celui des jeunes.  Comme nous le précisons dans l’exposé des motifs, c’est à plus de 10% des chômeurs que nous nous adressons.

Bien entendu, un stage n’est pas encore un emploi, mais nous savons tous que c’est l’étape numéro 1 vers l’accès à l’emploi. Pour une personne qui est en recherche d’emploi, ce qui est impératif, c’est un accès rapide à une activité. Quels que soient les accompagnements sociaux que nous pourrons imaginer, laisser durablement une personne sans activité, est des plus destructeurs. Ceci est vrai pour quelqu’un qui avait une activité et qui l’a perdue. C’est évidemment tout aussi vrai pour un jeune qui cherche une première activité professionnelle après ses études. Là encore, les chiffres sont édifiants : près d’un jeune sur 5 reste sans emploi 3 ans après avoir terminé ses études. Trois années, c’est terriblement long. Toute cette jeunesse qui, peu à peu, perd espoir, c’est une génération qui perd aussi espoir dans son pays et contribue assez naturellement à une ambiance générale bien morose, peu propice à redynamiser le pays. Car une jeune génération qui ne peut plus se projeter dans l’avenir, c’est tout un pays qui ne se projette plus dans l’avenir.

On le sait aussi, pour un jeune, la difficulté est souvent celle de la « première expérience ». Un CV vierge de toute première expérience est très handicapant.

Rien n’est plus formateur que de mettre un pied dans l’entreprise, en découvrir l’univers, en acquérir les codes, et poser ainsi la première pierre à l’édifice d’une carrière professionnelle.

En outre, le stage est une occasion pour l’entreprise de détecter des potentiels salariés. Il permet à l’entreprise de mesurer le sérieux, la qualité du travail du stagiaire. Et il permet au stagiaire de développer son réseau professionnel. Nous le savons, malheureusement, le taux d’embauche suite à un stage est extrêmement faible (autour de 10%). Nous devrons, dans cette mandature, réfléchir ensemble à un ensemble de mesures à notre portée pour renforcer l’embauche suite à un stage.

 

Cette délibération insiste d’ailleurs sur une idée forte à laquelle nous tenons tout particulièrement : celle de proposer systématiquement à tout élève de troisième un stage de découverte de l’entreprise.

Le stage a en effet un rôle important dans l’orientation. Plus il intervient tôt dans le parcours, plus il permet de tester ses intuitions. Il n’y a rien de plus terrible pour un jeune que de s’engager dans une voie, faire des études parfois longues, pour finalement se rendre compte, au bout du tunnel, qu’il y a peu de débouchés, ou que le métier ne correspond pas à ce à quoi il s’attendait. Cela implique une réorientation, la reprise des études. La mauvaise orientation a donc un coût non négligeable, humain d’abord, mais également financier pour les pouvoirs publics, Education nationale et collectivités territoriales. Or, quoi de mieux que la découverte par la pratique, en conditions réelles ?

De ce point de vue, les expériences suisses et allemandes de passerelles entre la voie du stage et celle des études générales est une piste que nous aurions tout intérêt à suivre.

 

Il est de notre rôle de pouvoir public de tout faire pour favoriser cela. Il est encore plus dans le rôle du conseil régional de le faire. Parce que nous en avons la compétence et parce que les franciliens nous ont élu pour cela. Soyons un territoire d’expérimentations qui s’inspire de ce qui se fait de mieux dans le monde. Et dans ce domaine, l’innovation peut aller encore plus loin avec, par exemple, cette idée d’Erasmus du stage permettant pour un stagiaire francilien de faire son stage à l’étranger. Cette idée pourrait mobiliser des fonds européens et accroitre encore le champ des compétences de nos jeunes.

Avec cette délibération, nous avons l’ambition de créer un appel d’air en faveur de tous ces jeunes qui cherchent des stages mais n’en trouvent pas. Il s’agit de stimuler l’offre pour répondre à une demande bien réelle.

Pour lire le rapport c’est ici RAPCR08-16RAP

Partager sur
  • Partager via Facebook
  • Partager via Google
  • Partager via Twitter
  • Partager via Email