L’accès à l’emploi des personnes en situation de handicap : grande cause régionale

En érigeant l’emploi des personnes en situation de handicap en grande cause régionale 2016, le Conseil régional s’engage à réduire ces inégalités. Tous les leviers régionaux disponibles seront mobilisés, notamment les structures participant au service public régional de l’emploi et à celui de l’orientation, en particulier les Cap Emploi.

http://www.dailymotion.com/video/x3u7z5i

En premier lieu, je veux me réjouir du choix politique derrière cette délibération. Ce n’est pas rien que de choisir, parmi les premières décisions fortes d’un mandat, de prendre en main certaines des difficultés rencontrées par les personnes en situation de handicap.

En particulier quand on constate, en France, l’inconsistance de beaucoup de politiques sociales du handicap. Depuis des années, sur bien des points, notre pays a renoncé à prendre beaucoup de ses responsabilités.

D’un point de vue moral, c’est évidemment très problématique. Mais l’Etat pense en général y trouver son compte d’un point de vue économique.

Pourtant, on a tort de considérer ces dispositifs de prise en charge comme étant uniquement des postes de dépense, alors que permettre aux handicapés de trouver leur place dans la société est avant tout un investissement pour l’avenir.

C’est donc assez réjouissant de voir la région s’inscrire en faux contre cette tendance qui dure depuis des années à l’échelon national. Déjà, nous avions pu nous satisfaire de la nomination d’un délégué spécial au handicap, en la personne de M. Deniziot.

De ce point de vue, d’ailleurs, la cohérence de ce rapport est vérifiée aussi parce qu’il souligne le besoin d’exemplarité de la part de notre collectivité. Il est évidemment urgentissime que la région Île-de-France parvienne au seuil légal de 6% et au-delà. J’aimerais à cet égard saluer l’activisme de Béatrice de Lavalette, déléguée spéciale au dialogue social, qui – forte de son expérience en la matière et de la réussite de son projet « Objectif Emploi » à Suresnes – a d’ores et déjà échangé avec les syndicats pour avancer au plus vite. C’est important, dans ce domaine comme dans d’autres, que la région soit l’agrégateur de bonnes pratiques, par l’intermédiaire des élus d’abord mais aussi en étant à l’écoute de la société civile.

Cette ouverture à d’autres cercles, justement, est opportunément exploitée dans la partie 2.4, sur le soutien à l’innovation. C’est un levier essentiel pour améliorer l’accessibilité, l’autonomie et la mobilité des personnes en situation de handicap.

En matière d’innovations technologiques qui ont contribué à l’amélioration de la qualité de vie des personnes handicapées, les exemples sont pléthore, des bagues liseuses pour les non voyants, aux exosquelettes qui permettent aux personnes à mobilité réduite de remarcher, par exemple.

Bref, l’innovation est un vrai levier ! Indirect lorsque l’on parle d’accès à l’emploi, mais non moins essentiel, et je me réjouis que cela n’ait pas été oubliée.

S’agissant des leviers directs, je ne vais pas retracer tout ce qui est dit dans ce rapport – M. Deniziot l’a très bien fait – mais il est clair que l’ambition consiste à mobiliser tous les moyens en notre possession, à différents points de vue, tant pour favoriser l’employabilité des personnes en situation de handicap que l’accueil et l’intégration au sein des entreprises.

J’en viens donc tout de suite à la finalité de ce rapport que j’interprète aussi comme étant une façon d’affirmer que des solutions existent, qu’il n’y a pas de fatalité et que les pouvoirs publics ont un véritable rôle à jouer. Cette position optimiste est confortée par plusieurs constats par ailleurs : de plus en plus de personnes handicapées souhaitent travailler et, parallèlement, il y a de moins en moins de réticence de la part des salariés à demander la reconnaissance de la qualité de travailleur handicapé. Un changement de regard, peut-être, s’opère petit à petit, dont découlent ces évolutions positives. Mais il devra avant toute chose passer par une approche globale des personnes et de leurs besoins, et c’était très important que ce rapport le souligne, en mentionnant dès la deuxième page d’autres aspects tels que l’accès au logement ou l’accessibilité aux transports.

Nous voterons donc pour ce rapport et pour cette très belle ambition.

Pour lire le rapport c’est ici RAPCR25-16RAP

Partager sur
  • Partager via Facebook
  • Partager via Google
  • Partager via Twitter
  • Partager via Email