Mobilisons les logements sociaux régionaux pour lutter contre la pénurie d’enseignants

http://www.dailymotion.com/video/x3zdi0p

Madame La Présidente,

J’aimerais introduire mon propos par le cri d’alarme d’une jeune professeur d’Ile de France qui exprimait son malaise dans la presse :

« J’enseigne en région parisienne depuis 5 ans et je ne cherche qu’une chose : fuir cette région qui ne me permet pas de vivre décemment. »

Ce  témoignage nous rappelle combien est difficile la condition des enseignants dans notre région et je pense en particulier aux jeunes professeurs dont le 1er poste d’affectation se situe en Ile de France.

Les causes de ce malaise sont bien évidemment nombreuses et ne se limitent pas à l’accès au logement.

L’adversité à enseigner dans des territoires sensibles, le manque de reconnaissance de cette profession, les tensions avec les parents, les problèmes et les temps de trajet dans les transports ( il n’est pas rare d’avoir 2h de transport par jour), la fatigue liée à l’éloignement du domicile, les prix élevés des loyers en Ile de France par rapport à des salaires qui avoisinent les 1700 euros mensuels pour un jeune professeur débutant sont autant de facteurs de découragement de cette profession.

Et puis, bien sûr, cerise sur le gâteau, le véritable parcours du combattant pour trouver un logement.

Le plus beau métier du monde se transforme alors en «  mon pire cauchemar. »

Si la région ne peut pallier aux insuffisances de l’Etat, vous avez, vous, Madame la présidente, la volonté d’améliorer la condition de nos professeurs d’ile de France en vous attaquant à la question du logement chez les enseignants.

Car oui, le logement est une clé de facilitation et de fidélisation pour nos professeurs.

Oui, les difficultés d’accès au logement accroissent la pénurie d’enseignants en Ile de France et nous ne pouvons que constater et dénoncer le manque d’ambition de la majorité précédente en matière de logements pour les classes moyennes.

Les 2 grosses académies de Créteil et de Versailles n’attirent plus les enseignants alors que le nombre d’élèves augmente. La Seine saint Denis accueille chaque année 2000 nouveaux élèves imposant le recours à des contractuels pour faire face à la pénurie d’enseignants. Toujours en Seine st Denis, 1 enseignant sur 3 demande à quitter ce département.

Face à cette situation alarmiste, vous avez choisi le logement comme vecteur d’attractivité et de stabilité des enseignants nouvellement nommés dans des lycées en pénurie de professeurs dans les académies de Créteil et de Versailles. Vous proposez l’élargissement de l’accès aux logements sociaux relevant du contingent régional qui n’aurait pas trouvé preneurs auprès des agents de la Région.

C’est une mesure efficace, de bon sens et d’urgence que vous nous soumettez et que nous voterons avec enthousiasme.

De plus, afin de faciliter au mieux l’organisation et l’installation des professeurs nommés dans ces académies, nous souhaitons que les nominations soient faites beaucoup plus en amont dans le temps et non pas quelques jours avant la rentrée comme cela se fait trop souvent laissant nos jeunes enseignants dans le désarroi le plus total.

Enfin, notre groupe Centre et Démocrates ne peut que vous encourager à être encore plus audacieuse dans votre démarche de politique de logements pour les enseignants en favorisant tous les mécanismes nécessaires de développement à l’accession à la propriété. L’accession à la propriété étant le facteur le plus fidélisant à un territoire.

Je vous remercie.

Partager sur
  • Partager via Facebook
  • Partager via Google
  • Partager via Twitter
  • Partager via Email