[Budget 2016] « La coopération internationale doit être coordonnée, transparente et ciblée ! »

http://www.dailymotion.com/video/x43z9vf

 

Thi Hong Chau Van a souhaité exprimer le voeu d’une politique internationale au service du rayonnement culturel francilien, en particulier dans les autres terres francophones. L’élue de Bussy-Saint-Georges a également souligné l’occasion qu’offre la réforme de l’Agence française du Développement pour renégocier le partenariat et renforcer la collaboration que nous avons construit avec cette agence au fil des années. 

 

Madame La Présidente,

Monsieur le Vice-Président,

Chers collègues,

 

  1. Etat du budget proposé: un effort d’économie assumé

 

La coopération internationale n’échappera pas à l’exigence d’une gestion maîtrisée et à la recherche d’économies. Ainsi, il convient de rappeler que le budget proposé par le Vice-président est un budget d’évaluation. L’année 2016 sera destinée à réexaminer l’ensemble des dispositifs tournés vers l’action internationale.

 

Les politiques de coopération existantes doivent être passées au crible afin de savoir s’il est d’intérêt pour la Région de poursuivre ou non les actions en questions.

La coopération internationale n’a de sens que si elle est efficace, avantageuse pour le pays partenaire et également fructueuse pour les Franciliens. Nous avons totalement conscience de la responsabilité qui est la nôtre de gérer avec efficience les deniers publics et donc l’argent de tous les contribuables.

 

  1. Inventer un nouveau modèle d’action internationale

 

Pour autant, il conviendra, mes chers collègues, après cette phase d’évaluation, de redéfinir et peut-être même de réinventer notre modèle de coopération et de solidarité internationale.

 

Avec un double objectif:

  • d’abord participer à l’effort mondial de réduction des écarts de développement,
  • mais également faire rayonner notre Région à l’international.

 

En ce sens, nous devrons nous mobiliser activement sur des projets de co-développement qui permettent à la fois de soutenir les pays et leur population, et de développer des partenariats bénéfiques pour notre Région.

Nous devrons poursuivre la collaboration avec l’Agence Française de Développement pour mettre en cohérence nos interventions. Nous l’avons évoqué lors de la séance de février, et nous souhaitons avancer sur l’évaluation du partenariat passé, afin de préparer un nouvel accord-cadre dès 2016.

Dans la même logique, la Région devra encourager nos entreprises à répondre aux appels à projets visant à développer les infrastructures dans les pays en développement, et être un support, une force d’accompagnement dans leurs démarches. Et là encore, l’Agence Française de Développement pourrait être un partenaire et conseiller via sa filiale PROPARCO.

 

Enfin, pour maintenir et améliorer les relations que nous pouvons entretenir avec les pays et collectivités étrangères dont sont originaires de nombreux Franciliennes et Franciliens, nous devrons porter un effort particulier vers le développement de la francophonie.

L’ile-de-France a un atout formidable pour cela: elle est une Région culturellement diverse et plurielle.

Et cette diversité s’inscrit dans un héritage commun: en Afrique, en Asie du Sud-Est comme ailleurs, de nombreuses communautés possèdent des liens historiques très forts avec notre pays, et la langue française y figure en premier plan.

Soutenir des actions de développement de la francophonie contribuera à accroître le rayonnement culturel du territoire francilien.

 

Notre volonté est claire : la recherche de l’efficacité en faisant preuve de réalisme, d’ambition et d’humanisme.

 

Je vous remercie.

Partager sur
  • Partager via Facebook
  • Partager via Google
  • Partager via Twitter
  • Partager via Email