[Plan 500 000 formations] Assurons-nous de son bénéfice réel pour les demandeurs d’emploi franciliens

 

http://www.dailymotion.com/video/x43zgr6

Marie-Christine Dirringer a salué l’effort de l’Etat qui permettra à la Région Île-de-France de renforcer son dispositif de 34 000 formations professionnelles supplémentaires. La Présidente de Défi-Métiers a souligné la nécessité de cibler ces nouvelles mesures et de s’appuyer sur le CREFOP pour qu’elles bénéficient réellement aux demandeurs d’emploi. La Maire-Ajointe de Chennevières-sur-Marne s’est également dite attentive à ce que cette annonce ne serve pas uniquement des buts politiques. 

 

Madame la Présidente,

Monsieur le Vice-président Chartier,

Je ne vais pas m’étendre sur cette délibération que nous accueillons naturellement avec enthousiasme.

Le chef de l’Etat souhaite développer l’offre de formation à hauteur de 500 000 formations supplémentaires pour les demandeurs d’emplois.

 

Quelles que soient ses motivations, nous considérons que toutes les opportunités sont à saisir quand on connaît la situation de l’emploi dans notre Région.

 

La dotation qui nous sera versée par l’Etat dans le cadre de la convention, permettra de renforcer l’effort régional en matière de formation professionnelle et ceci constitue une vraie bonne nouvelle.

 

D’un point  de vue purement comptable, nous notons que ce dispositif impliquera une baisse mécanique des chiffres du chômage puisque de nombreux demandeurs passeront de la catégorie A à la catégorie D. Nous devrons veiller à prendre en compte cet effet lorsque nous analyserons l’évolution du chômage dans notre région.

 

Enfin, en ce qui concerne la négociation des termes de la convention, j’entends l’inquiétude de nos collègues de l’opposition. Néanmoins, comme je le rappelais en introduction, nos intérêts convergent, que ce soit l’Etat, la majorité régionale, l’opposition régionale…

 

Car c’est l’intérêt général qui est en jeu sur cette question : nous avons tous comme objectif le retour durable à l’emploi de nos concitoyens.

 

Je pense donc que nous devons nous faire confiance pour fixer des objectifs qui répondent aux besoins des demandeurs d’emploi, afin de ne pas alourdir une procédure qui ne prête pas à la polémique. Et je m’en remets à la sagesse du CREFOP, qui ne manquera pas de faire part de ses observations et propositions, pour assurer le suivi de cette convention.

Je pense donc que nous pouvons aisément nous retrouver à l’unanimité sur ce vote.

Je vous remercie.

 

Partager sur
  • Partager via Facebook
  • Partager via Google
  • Partager via Twitter
  • Partager via Email