Education : faire de nos lycées des établissements de la réussite pour tous les jeunes franciliens

Lors de la séance plénière du Conseil régional Ile-de-France des 19 et 20 mai consacrée principalement à l’éducation et aux lycées franciliens, le groupe du Centre et des Démocrates (Modem) a pris la parole pour défendre ses propositions sur les sujets suivants :

Lutter contre le décrochage scolaire

Afin de répondre au décrochage scolaire qui touche aujourd’hui près de 30 000 jeunes franciliens chaque année, Nathalie Elimas a estimé qu’il « n’est plus possible que seuls 8% des décrocheurs bénéficient d’un suivi » et a appelé à ce que « toutes les forces mobilisées dans la lutte contre le décrochage scolaire travaillent de concert et harmonisent leurs actions de prévention ». L’élue Modem ajoute que « face au décrochage scolaire la formation professionnelle doit être considérée à sa juste valeur, pour ce qu’elle est, à savoir un cursus diplômant et un tremplin vers l’emploi ».

L’amendement présenté par le groupe CD visant à développer, soutenir et accompagner les réseaux et associations d’anciens élèves intervenant auprès des lycéens pour les aider dans leurs démarches d’orientation et en mettant en place des mécanismes de tutorat et de parrainage a été adopté à l’unanimité. L’ancien ministre de l’Education nationale, Benoit Hamon, tout comme la Vice-présidente à l’Education, Agnès Evren, se sont tous deux félicités de cet amendement.

Faire tomber toutes les cloisons entre le monde éducatif et le monde du travail

Rappelant que « derrière l’exigence d’une scolarité de la réussite pour tous, l’emploi des jeunes devrait être une priorité de la Région » les élus Modem ont insisté sur l’impératif de rapprocher les lycées du monde du travail et de l’entreprise. En ce sens, Marie Christine Dirringer a défendu « l’élaboration d’une carte unique des formations professionnelles initiales du territoire afin de rendre l’orientation scolaire et professionnelle plus cohérente et lisible pour nos jeunes ». Pour Philippine Laniesse, « mondes éducatif et professionnel doivent être rapprochés pour faciliter les choix de projet de vie des lycéens ».

Une politique éducative ambitieuse pour tous les lycéens

Béatrice Lecouturier, Présidente de la Commission éducation, a défendu l’importance accordée à la mise en place d’un budget d’autonomie pour les lycées afin de « leur donner la possibilité de développer des actions répondant à leurs besoins propres » arguant qu’ « en Ile-de-France, nous avons 469 lycées et ce sont 469 situations différentes qui appellent 469 solutions différentes ».

Poursuivant la logique d’atteindre une égalité réelle entre tous les lycéens devant la réussite scolaire, Béatrice Lecouturier a soutenu l’extension des aides sociales aux lycées privés, rappelant que « dans les établissements privés il existe de nombreux lycéens défavorisés qui méritent d’être aidés par la Région au même titre que le sont ceux du public ».

Thi Hong Chau Van s’est quant à elle félicitée du rétablissement des bourses au mérité.

Protéger les jeunes franciliens des drogues et des addictions

La circulation des drogues et le développement des addictions dans les lycées franciliens est une réalité avérée et a des conséquences désastreuses pour la scolarité et la santé de nos jeunes. Contre ce fléau, le groupe centriste a insisté sur son attachement au volet préventif de la lutte anti-drogue.

Le Conseil régional a donc adopté un amendement du groupe CD visant à donner la possibilité aux chefs d’établissement d’avoir recours à un mécanisme d’analyse des eaux usées afin d’établir un diagnostic fiable et anonyme du niveau de consommation de drogue dans les lycées. Cet outil de prévention permettrait d’identifier les lycées où une action ciblée contre les drogues est prioritaire et éviterait dans le même temps d’user d’outils de prévention possiblement stigmatisant pour les jeunes.

Pour « prendre à bras le corps la lutte contre les addictions dès le collège », comme l’affirme Sandrine Lamiré, Présidente de la Commission Santé, les élus du groupe CD ont obtenu par voie d’amendement que des actions de préventions soient menées de concert entre la Région et les départements franciliens.

Prévention sur les risques de radicalisation

Se félicitant de l’initiative de la Présidente de la Région d’instaurer des conférences de prévention animées par des « grands témoins du terrorisme », comme le sont Latifa Ibn Ziaten et Samuel Sandler, contre le risque de radicalisation dans les lycées, le groupe CD a fait adopter un amendement permettant aux lycées de prolonger cette réflexion par des projets éducatifs et pédagogiques.

Exemplarité et éthique des élus régionaux & lutte contre le harcèlement sexuel

Lors des débats concernant l’instauration d’une commission d’éthique des élus au sein du Conseil régional, le groupe du Centre et Démocrate, par la voix de Bruno Millienne, a rappelé que « la création de cette commission d’éthique s’inscrit sur la droite ligne des convictions portées par le Mouvement Démocrate depuis sa création en matière de transparence et de moralité de la vie politique ». Bruno Millienne a également appelé l’ensemble des conseillers régionaux à « remplir et publier leur déclaration d’intérêt en toute sincérité » notamment dans le but de « faire de l’exemplarité des élus régionaux un véritable engagement moral et politique ».

Pascal Giafferi, Vice-président du groupe CD, a profité du débat sur l’éthique et la déontologie pour rappeler « l’attachement du Modem au non cumul des mandats » qui, sera rendu applicable en 2017.

Quelques semaines seulement après l’affaire d’harcèlement sexuel touchant un député de l’Assemblée nationale, le Conseil régional, suite à une question de Yann Wehrling sur les violences faites aux femmes, a décidé de mettre en place une cellule d’écoute en prévention de ces comportements. Le Président du groupe CD a rappelé que « la lutte contre le harcèlement doit tous nous concerner, femmes comme hommes » et qu’ « il est indispensable d’associer à ce combat une réflexion plus globale, notamment en incitant à ce que le délai de prescription de 3 ans soit révisé ». Le Président du groupe centriste s’est également exprimé en faveur d’une « parité dans toutes les assemblées d’élus enfin effective ».

Après deux jours de débats, Yann Wehrling a salué « une politique éducative enfin à la hauteur, plaçant au cœur du projet régional la réussite scolaire de chaque jeune francilien, sans distinction » tout en rappelant que « le groupe du Centre et des Démocrates entend faire de la lutte contre la chômage des jeunes une priorité, ce qui passe nécessairement par une accélération sur les questions de formation professionnelle et d’apprentissage, mais également par des politiques régionales favorisant l’égalité des conditions d’études pour tous ».

Partager sur
  • Partager via Facebook
  • Partager via Google
  • Partager via Twitter
  • Partager via Email