1000 tiers lieux dans notre région d’ici à 2021

Bruno Millienne a soutenu le plan régional en faveur de 1000 tiers lieux destinés à développer le télétravail

 

Madame la Présidente, Monsieur le Vice-Président, Chers collègues,

Il y a quelques jours, de nombreuses communes d’Ile-de-France ont été touchées par les inondations. Au-delà des dégâts matériels sur les biens privés, il y eu aussi un impact majeur sur les transports reliant notamment la grande couronne à Paris. C’était d’autant plus vrai qu’à cette situation exceptionnelle s’ajoutait des mouvements de grèves, bloquant les rares lignes qui circulaient encore normalement.

C’est en discutant avec des Yvelinois qui prenaient leur mal en patience sur le quai de la gare que j’ai pu entendre à plusieurs reprises la phrase suivante « Le pire c’est que je n’ai pas besoin de me rendre au bureau pour faire le travail que j’ai à faire ».

Et bien avec la création de 1000 tiers lieux à l’horizon 2021, cela deviendra possible.

D’abord, ils permettront à des milliers de personnes d’optimiser leur temps en ne le perdant pas dans les transports. Par ricochet, le développement du télétravail permet aussi de désengorger les transports en commun et les axes routiers. Nous y voyons aussi un levier non négligeable dans la lutte contre la pollution de l’air.

Ces tiers lieux seront les bienvenus. Notamment en grande couronne, en milieu rural, et dans les communes mal desservies par les transports publics. Je constate avec regret que, aujourd’hui, seuls 2 tiers lieux ont été financés par la Région dans les Yvelines. Et pourtant, comme cela a été dit, la demande est là : 155 000 télétravailleurs potentiels en 2025.

Saisissons cette opportunité pour redynamiser certains territoires. L’implantation de tiers lieux à proximité de commerces de ville permettrait à nos petits commerçants de survivre et à nos communes de sortir de leur statut de « ville-dortoir ».

Les gares également doivent devenir des lieux de vie et d’activité.

J’ajoute également que ces tiers lieux seront à n’en pas douter créateurs de lien social.

Pour que ces espaces bénéficient au plus grand nombre, il faut les ouvrir aux travailleurs « ordinaires », mais je pense aussi au startupers, à ces jeunes et moins jeunes qui se lancent dans la création d’entreprise sans locaux et sans équipements à leur disposition. Il y aussi les étudiants. Nombreux n’ont pas cette chance d’avoir une bibliothèque à proximité de chez eux, et tout le monde sait que les conditions d’études au domicile familial ne sont pas toujours optimales pour diverses raisons.

L’objectif de 1000 tiers lieux est ambitieux mais réalisable. Regardons du côté du bâti et des équipements publics existants. Ne nous privons pas d’entamer une réflexion sur le développement d’espaces partagés qui pourraient faire office à terme de maison de services publics

Pour conclure madame la présidente, j’attire votre attention sur deux points :

Le développement de ces tiers lieux suppose qu’au préalable la couverture numérique de tous les territoires franciliens se fasse le plus rapidement possible. Je pense notamment à la fibre optique. C’est LA condition sine qua non de la réussite de ce dispositif.

Je crois aussi qu’il conviendra de contribuer au changement des mentalités managériales des employeurs, notamment des grands groupes. Comme me le disaient également ces Yvelinois, « du côté du patron, le télétravail, ça bloque ». C’est un défi qu’il nous faut relever. Votre idée de réunir les DRH est une excellente idée. Mais nous allons devoir aller plus loin encore.

Madame la Présidente, sachez que nous soutenons à 100% ce projet. Tout dispositif incitant à rapprocher travail et logement et pouvant conduire à rendre un territoire plus attractif ne peut être que soutenu.

Je vous remercie.

Partager sur
  • Partager via Facebook
  • Partager via Google
  • Partager via Twitter
  • Partager via Email