Lycées 100% numériques : formons des acteurs éclairés !

Béatrice Lecouturier, Présidente de la Commission de l’Education, intervient pour soutenir le plan régional de développement du numérique dans les lycées d’Île-de-France. 

 

Madame la Présidente,

S’il est un secteur qui doit répondre aux mutations technologiques et aux enjeux de notre temps, c’est bien l’Education.

En effet, les jeunes Franciliens, citoyens et acteurs économiques de demain, doivent maîtriser ces nouveaux outils technologiques pour appréhender les défis d’une société plurielle et mondialisée.

Ultra connectés, rappelons que nos lycéens détiennent déjà beaucoup de clés dans le numérique.

En proposant un programme vers des lycées 100% numériques, la Région démontre sa volonté d’accompagner les lycées dans le 21è siècle, pour former des acteurs éclairés du numérique.

– Connexion de tous les lycées au très haut débit d’ici 2020,

–  Déploiement du wifi dans tous les lycées

– Un espace numérique de travail MonLycée.net modernisé et plus performant.

Je voudrais en particulier insister dans mon propos, sur le développement des TICE (Technologies de l’Information et de la Communication pour l’Enseignement dans les lycées).

La région Ile de France a choisi d’en faire une priorité en investissant dans le raccordement des réseaux informatiques, dans l’installation de tableaux numériques et de vidéoprojecteurs interactifs.

Le numérique, qui devient un outil d’apprentissage interactif entre l’élève et l’enseignant, bouleverse les méthodes traditionnelles de transmission des connaissances. Afin de préparer nos jeunes aux mutations du monde du travail, l’acquisition des savoirs sera de plus en plus interactive et les supports de plus en plus numérisés.

Nous encourageons donc la collectivité régionale à investir sur le déploiement des manuels interactifs devant la multiplication des réformes des programmes. Les manuels interactifs améliorent la réactivité et réduisent le coût des actualisations.   

Mais ces nouveaux outils interactifs doivent compléter et non concurrencer l’apprentissage traditionnel.

Ce dernier est plus que jamais nécessaire pour structurer et fixer les connaissances dans un monde où chacun est soumis à un bombardement d’informations fugaces et émiettées. Il assure l’indispensable dialogue, discret mais non moins profond, entre les générations.

Le déploiement des nouvelles technologies au lycée ne sera une réelle réussite si nous donnons aux enseignants les moyens de formation nécessaires et indispensables pour les accompagner dans cette nouvelle démarche.

Elle sera aussi une réussite si les familles n’ont pas le sentiment d’être exclues de l’apprentissage de leurs enfants.

 

.Parents et enseignants doivent donner les clefs nécessaires aux jeunes Franciliens pour savoir traiter une information pléthorique et savoir développer leur libre-arbitre. Il leur incombe aussi de prévenir le harcèlement en ligne afin d’aider les plus jeunes à protéger leur vie privée.

Alors oui à un développement intense du numérique au lycée mais non à une pédagogie exclusivement numérique.

Si l’on regarde les dernières études internationales, le verdict est sans appel : les nouvelles technologies n’améliorent pas les performances des élèves. L’OCDE a même récemment publié un étude concluant à leur corrélation négative dans le cas où les élèves en font un usage immodéré.

Si l’on prête attention à la dernière enquête PISA,qui place la France au 25è rang des pays de l’OCDE, on constate de la même manière que les pays qui ont consenti d’importants investissements dans les TIC dans le domaine de l’éducation n’ont enregistré aucune amélioration notable des résultats de leurs élèves en compréhension de l’écrit, en mathématiques et en sciences.

Autre constat – peut‐être le plus décevant de ce rapport –, les nouvelles technologies ne sont pas d’un grand secours pour combler les écarts de compétences entre élèves favorisés et défavorisés.

 

Alors oui les technologies de l’information et de la communication (TIC) ont révolutionné presque tous les aspects de notre vie privée et professionnelle. Si les élèves ne sont pas capables de naviguer dans un environnement numérique complexe, ils ne pourront plus participer pleinement à la vie économique, sociale et culturelle du monde qui les entoure.

C’est pourquoi nous soutenons l’adaptation de l’enseignement à cet environnement en mutation.

Nous attendons de l’école qu’elle apprenne aux enfants à devenir des consommateurs réfléchis en matière de services Internet et de médias numériques, en les aidant à faire des choix éclairés et à éviter les comportements nocifs, tout en faisant un travail de sensibilisation sur les risques auxquels s’exposent les enfants sur Internet et les moyens de les éviter.

Je vous remercie

Partager sur
  • Partager via Facebook
  • Partager via Google
  • Partager via Twitter
  • Partager via Email