« Les Franciliens ne comprendraient pas que la Région se désengage en matière de sécurité »

Marie-Christine Dirringer, membre de la Commission de la Sécurité, a rappelé l’importance de l’implantation de forces de sécurité à l’occasion du vote de la proposition de l’Exécutif régional de soutenir l’investissement immobilier de la Police et de la Gendarmerie. La Première Adjointe-au-Maire de Chennevières-sur-Marne (94) a souligné l’importance de ces implantations locales hors de Paris et dans les transports franciliens. L’élue régionale s’est enfin dite impliquée dans l’amélioration des conditions de travail des forces de l’ordre. 

Madame la Présidente,

Monsieur le vice-président,

Mes chers collègues,

Vous l’avez évoqué, face aux évènements et aux drames qui touchent notre pays et le territoire francilien depuis plusieurs mois, la Région ne peut rester inactive. Certes la compétence sécurité est une compétence régalienne, mais les Franciliens ne comprendraient pas que l’Ile-de-France se désengage de cette question cruciale et prioritaire pour nos concitoyens.

Les attentats de janvier et  novembre 2015, et plus proche de nous, l’acte barbare commis à Magnanville nous montrent que personne n’est à l’abri face à la menace terroriste. Je profite de l’occasion pour rendre à nouveau hommage aux deux policiers lâchement assassinés dans les Yvelines, et de façon générale, à toutes les forces de l’ordre – police, gendarmerie, armée – engagées depuis plusieurs mois sur le terrain pour assurer la sécurité des Français.

Par cette délibération, vous nous proposez à la fois de proroger une convention entre l’Etat et la Région visant rattraper le retard pris dans l’affectation des crédits d’aide à l’implantation des forces locales de sécurité, notamment par un soutien à l’équipement immobilier de la Police et de la Gendarmerie nationale, mais aussi d’entamer des négociations nouvelles  avec l’Etat afin de mettre en application nos engagements de campagne. Je pense notamment au soutien de la Région pour des dépenses d’équipement mobilier, indispensables pour rééquilibrer la présence et l’action de nos forces de sécurité sur le territoire. Magnanville, j’y reviens, nous rappelle qu’aucun territoire francilien ne doit être oublié, tout particulièrement la grande couronne et les zones rurales.

Il en est de même pour les transports où la sécurisation des gares franciliennes se fait attendre. L’Etat, la Région et le Stif doivent tout mettre en œuvre pour assurer la sécurité des voyageurs.

Le groupe Centre et Démocrates vous apporte donc son soutien sur ce rapport. Nous vous soutenons également dans votre démarche d’entamer un dialogue avec le Ministère de la Justice visant à cofinancer des centres et des actions de déradicalisation. La lutte contre le terrorisme est l’affaire de tous. L’Etat doit être en première ligne sur ce front, mais nous ne pouvons pas balayer la question de la sécurité d’un revers de main au seul motif qu’elle ne serait pas de notre compétence.

Il ne s’agit pas de tomber dans le tout sécuritaire, mais simplement, et de façon pragmatique, d’agir efficacement pour préserver le quotidien et des Franciliens. Cela passera incontestablement par une amélioration des conditions de travail des forces de l’ordre, ce qui implique qu’ils aient au plus vite les moyens de mener à bien leurs missions.

Je vous remercie.

Partager sur
  • Partager via Facebook
  • Partager via Google
  • Partager via Twitter
  • Partager via Email