Mobilisons tous les leviers pour faire de la formation des chômeurs une réussite

Sandrine Lamiré, Conseillère régionale, a défendu la nouvelle stratégie régionale pour la formation des chômeurs. Elle s’appuie notamment sur l’accord transpartisan signé entre la Ministre du Travail et la Président de Région pour la formation de 64 000 chômeurs franciliens supplémentaires en 2016. Cette stratégie reposera également sur partenariat renouvelé avec Pôle emploi qui améliorera la prescription de formations et l’adéquation avec les besoins réels des entreprises franciliennes. L’Adjointe-au-Maire de Brunoy (91) a ainsi défendu plusieurs amendements lors des débats visant à associer l’observatoire régional des formations (Défi métiers) et l’ensemble des acteurs franciliens de la formation à ce nouvel effort régional. 

Madame la Présidente,

Monsieur le Vice-Président,

Mes chers collègues,

Permettez-moi de remplacer aujourd’hui Marie-Christine Dirringer qui fait face à un empêchement de dernière minute.

L’emploi, nous en sommes tous conscients ici, est la première préoccupation de nos concitoyens. Et c’est dans un esprit trans-partisan que nous avons signé l’accord à l’Hôtel de Région le 14 avril dernier ouvrant le financement de 64 000 formations supplémentaires en Île-de-France.

Nous espérons maintenant que les élus régionaux sauront se rassembler afin d’approuver les modalités techniques de mise en oeuvre de ce plan partagé État-Région. Nous devons aller vite pour aider les demandeurs d’emplois franciliens et mobiliser l’ensemble des outils efficaces que nous avons déjà à notre disposition.

Au titre de cet accord, 34 000 formations supplémentaires incombent à la Région, ce qui est un défi important à relever. Comme nous avons déjà eu l’occasion de l’indiquer au cours des séances précédentes, notre groupe est particulièrement attaché à la qualité des formations qui seront proposées aux demandeurs d’emploi dans le cadre de ce dispositif. Cette exigence est essentielle pour éviter que 100 000 offres d’emploi franciliennes ne trouvent de candidats qualifiés chaque année.

Mais notre engagement pour l’emploi et la formation devra dépasser cet accord, aussi important soit-il. Car ce sont près d’un million de Franciliens qui continuent de chercher un emploi. C’est pourquoi la nouvelle stratégie que vous avez négociée avec Pôle emploi est nécessaire. Elle permettra d’améliorer l’état des connaissances sur les besoins des entreprises et améliorera la prescription de formations professionnelles. Attention cependant à ne pas faire de cette agence d’Etat l’interlocuteur unique à la fois en matière d’orientation professionnelle, de formation professionnelle et d’emploi. La Région a acquis de nouvelles compétences dans ces domaines et elle doit assumer son rôle d’animation et de coordination du réseau d’acteurs de l’orientation et de la formation professionnelles. Défi métiers, outil d’information et d’analyse partagé entre l’Etat et la Région, nous paraît ainsi l’organisme idéal sur lequel devraient s’appuyer Pôle emploi, la Région ainsi que tous les organismes annexes afin d’assurer la cohérence et la simplicité du réseau. C’est le sens des amendements qui nous défendrons.

De plus, les dispositions relatives au Compte personnel de formation qui nous sont soumises aujourd’hui doivent nous faire réfléchir sur l’emballement du législateur et des pouvoirs publics autour de la formation professionnelle. A peine voté et mis en place dans nos entreprises, le travail est remis sur l’établi à l’occasion de la Loi Travail pour l’avènement imminent du compte personnel d’activité. Ayons à l’esprit qu’aussi plaisantes soient ces initiatives, l’instabilité et la complexité qu’elles impliquent pour les chefs d’entreprise et les managers en annulent l’efficacité.

Par ailleurs, je souhaiterais réitérer le soutien de mon groupe aux missions locales dont les équipes réalisent un formidable travail de terrain qui permet à de nombreux jeunes d’intégrer le milieu professionnel. En tant que membres des conseils d’administration de celles-ci, nous en constatons régulièrement la pertinence sur le territoire. C’est pourquoi nous nous félicitons du renouvellement de la convention avec l’association régionale des missions locales.

Enfin, nous avons fait de l’emploi des personnes en situation de handicap la cause régionale de l’année 2016. Veillons tout particulièrement à ce que les structures d’insertion et de formation professionnelles soient effectivement accessibles aux publics handicapés. Et il ne s’agit pas seulement d’investissements matériels mais également de sensibilisation des équipes de ces organismes aux questions du handicap dans la vie professionnelle. Le renouvellement des conventions avec Pôle emploi, du Fonds paritaire de sécurisation des parcours professionnels et de l’Association régionale des missions locales nous semble ainsi une bonne occasion d’engager cette réflexion.

Je vous remercie.

Partager sur
  • Partager via Facebook
  • Partager via Google
  • Partager via Twitter
  • Partager via Email