Objectif zéro déchet en IDF : « Nous partons de loin, mais il est temps d’être à la pointe du tri, du recyclage et de l’économie circulaire ! »

S’exprimant sur l’engagement vers un objectif « zéro déchet en Ile-de-France », Bruno Millienne a d’abord rappelé le retard colossal qu’accusent notre pays et notre région sur cette question, avant d’évoquer les trois priorités qui doivent guider notre action pour se donner les moyens d’atteindre cet objectif : être à la pointe du tri, se doter d’une véritable politique du recyclage et promouvoir l’économie circulaire.

 

« Madame la Présidente,

Madame la Vice-Présidente,

Chers Collègues

Ce rapport que vous nous proposez a le mérite d’être vertueux et de vouloir s’attaquer de manière globale à un sujet sur lequel notre pays est loin d’être à la pointe du tri, du recyclage et de la valorisation de l’économie circulaire.

Même si la dernière étude d’Eurostat, chaque Français a produit 511 kg de déchets en 2014, en réduction par rapport aux années précédentes, il nous reste encore une belle marge de manœuvre.

Ainsi dans son dernier rapport annuel publié en février 2016, la Cour des Comptes soulignait la nécessité de mieux optimiser la gestion de nos déchets, qui coûte dix milliards d’euros par an. Par ailleurs, nous devons progresser dans le tri de nos déchets, car les erreurs de tri ont un coût estimé de 40 millions d’euros rien que pour la filière emballage. Il en va de même sur le recyclage et sur la valorisation de l’économie circulaire. Tout le monde s’accorde donc à dire que nous devons faire plus dans la gestion de nos déchets.

Avant la loi NOTRe, trois plans existaient. Aujourd’hui, la loi prévoit la fusion de ces trois plans en un seul, le PRPGD (plan régional de gestion et de réduction des déchets) dont l’élaboration sera confiée à la Région. C’est une bonne chose car nous allons enfin pouvoir passer d’une politique de gestion des déchets en silo, à une politique de gestion globale.

Il nous faut mettre vraiment en place une vraie filière de tri et de compostage.  Il faut avoir pour  ambition de réduire drastiquement la part de l’enfouissement et de l’incinération qui sont des solutions passéistes et qui, surtout, ne préserve nullement l’environnement.

Il va donc nous falloir agir à toutes les étapes de la gestion de nos déchets. Partant de l’évidence qu’un bon déchet est un déchet non-produit, la Région Ile de France pourrait s’engager résolument dans le soutien aux entreprises se lançant dans l’Up-Cycling comme le préconise le pape de l’économie circulaire, Michael Braungart qui invite les entreprises à littéralement en finir avec les déchets. « La poubelle, c’est l’échec, résume-t-il. Il faut aller plus loin que l’économie circulaire : concevoir pour ne pas jeter. Tout le contraire de l’obsolescence programmée. »

Ce que Michel Braungart appelle l’Upcycle, c’est la capacité à anticiper le cycle de vie des tous les constituants d’un produit pour organiser leur récupération et leur réemploi avant qu’ils n’atteignent la poubelle. Cette idée, je pense que la Région Ile de France, devrait s’en emparer et l’encourager, car finalement, le déchet est ce qui reste quand il n’y a plus d’imagination.

Bien évidemment je ne suis pas naïf, et avant que nous arrivions à ce schéma idéal du « zéro production de déchets », de l’eau va passer sous les ponts. En attendant, il faut agir à tous les niveaux et notamment au premier d’entre eux, le tri. Et ce n’est pas une mince affaire. La ville au monde la plus vertueuse au monde en matière de recyclage des déchets se situe sur l’Ile de Shikoku au Japon. A Kamikatsu, les habitants recyclent 79% de leurs déchets. Mais pour arriver à ce résultat assez remarquable, il faut qu’ils les trient en 34 catégories.

C’est bien la confirmation que le chantier qui nous attend est énorme. Améliorer le tri pour favoriser le recyclage, trouver des alternatives aux incinérateurs et aux sites d’enfouissement, valoriser réellement l’économie circulaire, s’engager sur l’upcycling, voilà tous les défis auxquels il va nous falloir répondre.

Merci. »

Partager sur
  • Partager via Facebook
  • Partager via Google
  • Partager via Twitter
  • Partager via Email