Pascal Giafferi : « A l’heure où notre société vit des moments troublés voire dangereux, notre politique de lutte contre les violences faites aux femmes doit être déterminée »

Séance plénière du Conseil régional des 13 et 14 octobre :

Pascal Giafferi, vice-président du groupe du Centre et des Démocrates, s’est exprimé en faveur de la politique régionale menée par l’exécutif contre les violences faites aux femmes.

 

« Madame La Présidente,

Monsieur le Vice-Président,

A la lecture de ce rapport que vous nous présentez aujourd’hui et à l’énoncé des motifs de cette délibération que vous nous proposez, un frisson nous parcourt le dos. Les chiffres présentés, la nature et le spectre des violences faites aux femmes dans notre société, en France, sont proprement inadmissible.

A l’heure où cette même société, comme d’autres, vit des moments troublés, confus voire dangereux, votre détermination à mener une politique plus offensive pour lutter contre ce type de harcèlements et de maltraitances vous fait honneur. Puisque évidemment nous soutenons ces démarches, la volonté qui vous anime nous tire collectivement vers le haut et impose à ceux qui en manqueraient, le courage indispensable pour lutter contre ces situations indignes. Votre décision de créer un groupe de travail sur l’égalité femmes-hommes présidé par Marie-Pierre BADRE et auquel je suis fier d’appartenir, est une confirmation supplémentaire, s’il en était besoin, de votre motivation. Je ne serai ni le dernier, ni le premier à saluer le travail remarquable de Marie-Pierre Badré à la tête du centre Hubertine Auclert. Vous le savez, Madame La Présidente, lors de notre dernière réunion, le groupe de travail a décidé d’élargir ses travaux aux questions de harcèlements sexuels. Il est également à l’origine de la proposition de formation des élus régionaux sur ces sujets. J’ai été touché, Chère Marie-Pierre BADRE, de constater de visu votre réaction discrète mais au combien révélatrice de votre implication, quand vous avez appris que la Présidente de la Région acceptait d’élargir ces formations aux agents de notre collectivité. Pour en revenir aux aspects concrets de cette délibération, Madame la Présidente, le Focus particulier mis sur les nouveaux phénomènes de Cyber harcèlement en milieu scolaire et l’élargissement de traitement à de nouveaux phénomènes de maltraitance sont deux cibles cohérentes et, je veux le croire, efficaces.

L’appel à projets pour lutter contre toutes les formes de violences faites aux femmes montre que dans ce domaine, toutes les propositions peuvent et doivent être considérées. J’imagine ainsi qu’à un peu plus d’un mois de la journée internationale pour l’élimination de la violence à l’égard des femmes, vous avez pensé à certaines initiatives dont vous nous parlerez.

Même si vous les avez déjà cités, je crois utile de vous redonner certains chiffres :

– Dans le monde, une femme sur trois a déjà été victime de violences.

– En France, une femme décède tous les 3 jours sous les coups de son conjoint.

– 40% des cas de violences conjugales débutent lors de la première grossesse.

– Dans le monde, 720 millions de filles sont victimes de mariage précoces.

– En 2014, en France, 134 femmes sont mortes sous les coups d’un conjoint violent.

– 223 000 femmes ont subi des violences physiques et sexuelles de la part de leur conjoint.

– 84 000 femmes ont été victimes de viols ou de tentatives de viols sachant que seule une victime sur 10 dépose plainte.

Madame La Présidente, après avoir lu et entendu ces chiffres absolument indignes d’une société civilisée et afin de vous conforter dans l’idée que la responsabilité d’un élu doit s’affirmer à l’aune des faits, nous vous remercions de nous proposer cette délibération et nous vous disons notre fierté d’être à vos côtés à cette occasion.

Je terminerai mon intervention en constatant que je suis le seul des groupes politiques à intervenir sur ce rapport.

Je vous remercie. »

Partager sur
  • Partager via Facebook
  • Partager via Google
  • Partager via Twitter
  • Partager via Email