Politique régionale en matière d’aménagement et de propreté des territoires : intervention de Bruno Millienne

Retrouvez l’intervention de Bruno Millienne prononcée lors de la présentation de la Communication relative aux résultats des nouveaux dispositifs régionaux au service de l’aménagement et de la propreté des territoires franciliens à l’occasion de la séance plénière des 13 et 14 octobre. Il a notamment appelé à ce que les friches urbaines représentent une opportunité pour la construction et l’aménagement, et permettent de réintroduire de la biodiversité au sein des différentes villes du territoire.

 

« Madame la Présidente,

Madame la Vice-Présidente,

Chers Collègues,

Avant toute chose, je voudrais vous signifier la satisfaction du Groupe du Centre et des Démocrates de voir que la politique mise en place par la Région sur ces questions si importantes de l’aménagement et de la propreté des territoires remporte un tel succès. Le nombre de dossiers reçus en atteste.

Madame la Présidente, vous connaissez l’appétence de notre groupe pour la cause environnementale et sans vouloir influencer plus que nécessaire les jurys qui vont établir la sélection finale des dossiers retenus, nous souhaitons que la primeur soit donnée aux dossiers les mieux disant en matière de respect de l’environnement.

Concernant les friches urbaines, nous savons qu’elles représentent une réserve non négligeable pour la construction et l’aménagement. Stratégiquement cela permet de lutter contre la pression foncière en luttant contre l’étalement urbain.

N’oublions cependant pas, qu’elles peuvent aussi jouer un autre rôle très intéressant pour la réintroduction de la nature en ville qui est aussi une des priorités de la Région Ile de France. Quand ces friches sont perméables et pourvues de végétations, elles constituent des espaces de respiration et de régulation climatique au cœur des espaces urbanisés. Elles jouent alors un rôle très important permettant notamment :

  • Un équilibre du climat local par la régulation de l’humidité de l’air et de la température locale
  • Une action sur l’hydrographie par la constitution d’un filtre contre les polluants et d’une zone tampon par l’absorption des eaux de pluie
  • Un support d’une biodiversité raréfiée en ville
  • Une amélioration du cadre de vie des habitants quand elles sont conservées en espace vert

Nous souhaitons donc que cette perspective soit prise compte car elle est un formidable moyen de lutter contre la pollution des zones urbanisées tout en offrant la possibilité de recréer du lien social.

Dans le même état d’esprit, concernant les « 100 quartiers innovants et écologiques », pourquoi l’Ile de France ne deviendrait-elle pas le Maître d’œuvre Associé à l’un ou plusieurs des dossiers retenus afin que nous en fassions un quartier témoin de ce que nous concevons être un quartier innovant et écologique par l’utilisation par exemple d’énergie renouvelable, de matériaux biosourcés, de continuité des trames vertes, bleues et brunes. Nous nous démarquerions ainsi fortement de tous les pseudos labels écologiques dont certains quartiers se prévalent.

Enfin et pour terminer, pour ce qui concerne le Fonds propreté, nous en sommes bien évidemment au tout début du processus, mais nous accueillons avec satisfaction les premiers dossiers de demande de subvention axés sur la prévention et la collecte des dépôts sauvage.

Merci. »

Partager sur
  • Partager via Facebook
  • Partager via Google
  • Partager via Twitter
  • Partager via Email