« La réforme des missions locales replace les jeunes au centre de la politique régionale pour l’emploi »

Retrouvez l’intervention de Marie-Christine DIRRINGER sur le rapport présenté en séance plénière du Conseil régional des 17 et 18 novembre proposant une évolution du cadre de conventionnement des missions locales. La présidente de Défis Métiers a salué cette nouvelle gouvernance qui replace les jeunes franciliens au cœur de la politique régionale pour l’emploi.

« Madame la Présidente,

Monsieur le Vice-Président,

Chers collègues,

Nous abordons aujourd’hui une réforme qui me tient à cœur, étant personnellement impliquée dans deux missions locales qui se répartissent sur deux territoires des Bords-de-Marne.

Le Groupe Centre et Démocrates salue la nouvelle gouvernance entérinée par cette convention tripartite. Elle simplifie les instructions données aux missions locales en harmonisant les orientations de l’Etat et des Régions.

Les objectifs précis et cohérents fixés aux missions locales iront dans le sens d’un allégement des charges administratives de ces structures tout en améliorant leur efficacité.

La révision sur une base volontaire de la carte des missions locales, pour que celle-ci corresponde à la carte des intercommunalités franciliennes, est tout aussi nécessaire dans le contexte actuel de territorialisation des politiques de l’emploi. On sait l’importance de la coordination des acteurs dans ce domaine qui fédère les thématiques de l’insertion professionnelle, de l’orientation, de l’éducation, de la formation professionnelle, de la protection de la jeunesse, de l’apprentissage et de l’emploi.

Mon groupe sera cependant attentif à la préservation de l’ensemble des antennes des missions locales sur territoire francilien. L’ancrage des missions locales sur le territoire et la connaissance des acteurs de terrains nous semble indispensable à leur réussite. Elles doivent donc maintenir leurs antennes au plus près des jeunes qu’elles suivent. Nous déposerons d’ailleurs un amendement en ce sens.

Nous nous félicitons également des nouveaux critères d’attribution de subvention qui augmentent la part dévolue aux objectifs de résultat, en augmentant sensiblement cette part de 20 à 35%. Par ailleurs, cette nouvelle pondération plus équilibrée parait plus juste et devrait être plus efficace. Cette modulation permettra de renforcer l’attention des missions locales sur l’insertion professionnelle des jeunes qu’elles suivent, ce qui, en cette période où le chômage est très élevé, est, ou devrait être une part prépondérante de leur mission. Par ailleurs la mise en réserve de 5% de l’enveloppe régionale et la mise en place par la Région d’une subvention variable complémentaire de fonctionnement pour accompagner les projets locaux et versées sous condition d’atteinte des résultats, nous parait aussi de nature à renforcer l’efficacité des missions locales. Dans la même logique, mon groupe défendra dans quelques instants un amendement permettant d’évaluer l’efficacité des formations prescrites par les missions locales.

Enfin, permettez-moi de faire remonter une expérience de terrain. Notre nouveau partenariat avec l’Etat devra prévenir les tentatives exprimés par ses directions régionales de l’emploi de faire porter aux missions locales la fonction de former les jeunes qu’elle suit alors qu’elles n’en ont ni les moyens ni la compétence.

Les missions locales sont de formidables incubateurs de réussite et nous pouvons le constater tous les jours. C’est donc pourquoi nous soutiendrons ce rapport qui les replace au centre de la politique régionale pour l’emploi des jeunes.

Je vous remercie. »

Partager sur
  • Partager via Facebook
  • Partager via Google
  • Partager via Twitter
  • Partager via Email