« Le Nouveau Contrat rural est une chance pour nos maires ruraux et l’investissement public local »

Réagissant au Nouveau Contrat Rural proposé par l’exécutif régional à l’occasion de la séance plénière des 17 et 18 novembre, Bruno MILLIENNE a salué un dispositif à la hauteur des attentes des maires ruraux et une chance pour l’investissement public local dans les territoires ruraux franciliens.

 

 

« Madame la Présidente,

Madame la Vice-Présidente,

Chers Collègues,

Madame la Présidente, je voudrais simplement vous dire que vous avez devant vous un élu rural heureux. Avec simplicité et sincérité, je veux vous dire : bravo et merci !

Bravo et merci au nom de tous ces maires ruraux qui avaient l’impression justifiée d’être les oubliés de la République depuis plus de quinze ans.

Bravo et merci au nom de tous ces maires ruraux qui ont très difficilement vécu la loi Notre voyant en son application la disparition progressive de l’importance de leurs voix dans des communautés de communes et autres EPCI ou Communauté Urbaine.

Bravo et merci au nom de tous ces maires ruraux qui ont vécu de plein fouet la baisse de la DGF et le désengagement de plus en plus flagrant de l’Etat à leur encontre.

Je suis persuadé que nos maires ruraux qui ont vécu comme une injustice l’augmentation de l’autofinancement du maître d’ouvrage en application de la loi MAPTAM seront ravis de ce nouveau contrat.

Merci au nom de tous les maires ruraux également, d’avoir su les écouter lors de la Conférence Territoriale de l’Action Publique et d’avoir répondu aussi précisément à leur attente au travers de ce nouveau contrat rural.

Madame la Présidente, Madame la Vice-Présidente, ces louanges qui peuvent vous paraitre inhabituels n’émanent pas du seul avis d’un élu, fusse-t-il rural. Elles sont le résultat des remontées en provenance du terrain.

Les maires ruraux ont particulièrement apprécié le fait que les communes de moins de 1000 habitants voient le plafonnement de leurs subventions passer de 300.000 à 370.00 euros, que la base subventionnable retenue pour les syndicats de communes soit arrondies à 770.000 euros et que le plafond du nombre d’habitants pour les syndicats de communes soit rehaussé à 3000 habitants.

Le reste des évolutions proposées par l’exécutif sont également très bien perçues : du délai d’achèvement des opérations du contrat qui passe de 5 à 3 ans, à la simplification des démarches en passant par la suppression des exclusions et l’élargissement du champ des secteurs d’intervention.

En ce qui concerne la simplification des démarches, une inquiétude a été levée sur l’exécution du contrat pilotée par les départements avec l’affirmation claire du fait que c’est la Région qui délibère en premier sur la validation des contrats.

Au final, Madame la Présidente, Madame la Vice-Présidente, au travers de ce nouveau contrat rural vous avez répondu positivement point par point aux désidératas des maires ruraux et je pense sincèrement que l’application de ce nouveau contrat rural sera une avancée majeure dans l’accompagnement, par notre région, aux territoires ruraux.

Soyez-en encore une fois remerciées au nom de tous les maires ruraux.

Merci. »

Partager sur
  • Partager via Facebook
  • Partager via Google
  • Partager via Twitter
  • Partager via Email