« Nous appelons à un plan ambitieux pour le renouveau de l’industrie francilienne »

A l’occasion du constat dressé par le groupe RCDE sur l’état de l’industrie francilienne, Philippine LANIESSE a considéré que la question industrielle était cruciale pour notre région, arguant notamment que l’industrie influe sur plusieurs domaines prioritaires pour l’Ile-de-France : emploi, balance commerciale, innovation, révolution numérique et les enjeux liés à la robotisation, compétitivité des territoires etc. Elle a également prôné l’adoption d’un « small business act » francilien pour que nos PMI-PME accèdent plus aisément aux marchés publics.

Retrouvez son intervention :

« Je voudrais commencer par dire que je suis très contente que l’on aborde ce sujet. Il est vrai que la question industrielle est une question centrale. Essentiellement parce qu’elle influe sur des tas de domaines : emploi, balance commerciale, innovation, révolution numérique et les enjeux liés à la robotisation, compétitivité des territoires etc.

Mais dans ce rapport, il y a plusieurs choses, notamment dans l’exposé des motifs, qui amènent à un certain flou.

D’abord, l’industrie est un secteur qui nécessite d’avoir une stratégie bien déterminée pour se développer. C’est d’ailleurs en bâtissant une stratégie claire, fondée en général sur la spécialisation, la montée en gamme et l’innovation que certaines grandes métropoles mondiales ont réussi à faire renaître avec brio leur industrie. Ce sont des choses que vous évoquez, bien sûr, parmi un certain nombre d’éléments, mais qui à aucun moment ne dessinent les contours de ce que serait la stratégique industrielle de demain pour l’IDF.

Ensuite, bien qu’il soit tout sauf inutile d’aborder la politique industrielle par le prisme régional, on sait bien comme les échelons étatiques et européens sont déterminants dans le diagnostic de l’on fait de l’état de notre industrie. Vous ne le niez pas mais vous ne le soulignez pas. Pourtant, je crains qu’en l’espèce votre diagnostic manque de clarté parce que, justement, vous n’avez pas pointé ET isolé un certain nombre de facteurs exogènes sur lesquels la région ne pourra pas agir, et c’est regrettable.

S’agissant des propositions, il y a un certain nombre d’orientations intéressantes. Je pense notamment à l’encouragement du transport de fret fluvial.

Il y a aussi quelques réflexes pavloviens : l’audit, la cartographie, les groupes de travail… Et puis même maintenant le guichet unique !

Beaucoup de déclinaisons aussi, de politiques et de dispositifs déjà engagés par la région : l’expansion du haut débit, le recours aux fonds structurels européens, la promotion du télétravail que l’on peut rapprocher au développement des tiers lieux. Bref, une agrégation de mesures prônées par notre majorité dont on ne doute pas qu’elles favoriseront l’industrie en Île-de-France mais qui ont déjà été votées.

Et puis, sur une proposition en particulier, je suis à la fois très heureuse qu’on la mentionne, c’est l’enjeu de la transition écologique de l’industrie francilienne, et assez étonnée que ça ne fasse que l’objet d’un sous-sous paragraphe. On est là sur un sujet qui est un enjeu stratégique à part entière, et qui pâtit en l’occurrence du fait que vous n’ayez bien pas réellement identifié des priorités.

Vous comprenez donc que je suis un peu prise en étau entre la volonté de mon groupe de saluer la démarche des élus RCDE de mettre ce sujet au cœur du débat, d’avoir proposé des choses intéressantes, et la sensation de flou et d’inachevé que l’on ressent à sa lecture. C’est pourquoi nous procèderons à un vote dissocié par article et espérons que l’ensemble des groupes de cette assemblée parviendront à une solution de compromis en faveur de l’industrie francilienne. »

 

 

Partager sur
  • Partager via Facebook
  • Partager via Google
  • Partager via Twitter
  • Partager via Email