Le groupe MoDem appelle à une meilleure gestion des pics de pollution et précise ses priorités pour le budget 2017

Le groupe MoDem au Conseil Régional Ile-de-France appelle à une meilleure gestion des pics de pollution et précise ses priorités pour le budget 2017

En ouverture de la séance plénière du Conseil régional Ile-de-France des 14 et 15 décembre, Yann WEHRLING, Président du groupe du Centre et des Démocrates (MoDem), a interpellé la Présidente Valérie Pécresse sur la question de la qualité de l’air et de la gestion des pics de pollution en Ile-de-France.

Accompagner les ménages modestes pour qu’ils remplacent leurs vieilles chaudières à bois responsables de 27% de la pollution, créer un dispositif dédié aux artisans et commerçants pour les aider à s’équiper en véhicules moins polluants, et développer le covoiturage et les tiers-lieux afin d’agir activement contre la congestion des axes routiers sont des mesures fortes déjà engagées par la Région depuis un an.

Cependant, suite au dernier pic de pollution francilien,  la circulation alternée n’a pas eu les effets escomptés. Demain, les restrictions de circulation devront se fonder sur les vignettes Crit’Air qui entreront en vigueur en janvier 2017 à Paris et qui permettront de classer les véhicules selon leurs émissions. La Région doit interpeller l’Etat pour que, sans attendre, les prochains pics soient gérés via des restrictions de circulation sur la base de cette vignette et non plus sur le principe des plaques paires et impaires. Dans la foulée, afin de permettre aux Franciliens d’échanger leurs véhicules polluants contre des véhicules plus propres, il faudra aider les particuliers. Le financement de cette aide, lourde mais efficace, doit provenir de la mise en place d’une écotaxe sur les poids lourds en transit.

S’exprimant dans le cadre du débat sur les orientations budgétaires (DOB), Nathalie ELIMAS a rappelé que le budget pour l’année 2017 devait traduire une gestion rigoureuse et une politique d’investissement volontariste autour de priorités très clairement définies.

Parmi celles-ci, la relance de l’activité et le retour à l’emploi ; faire de l’Ile-de-France une région des éco-mobilités, innovantes, efficaces et durables ; prendre le leadership dans la lutte contre la pollution de l’air ; construire et rénover les lycées franciliens ; soutenir l’agriculture biologique – secteur alimentaire qui connaît la plus forte progression – notamment en pérennisant les aides allouées au pôle « Abiosol » qui œuvre à l’installation de producteurs de l’agriculture biologique, et faire tous les efforts en matière de logements, pour rendre effectif le droit au logement pour tous les Franciliens.

Il conviendra également d’accélérer les efforts d’adaptation du monde rural aux nouveaux leviers de croissance que sont le développement durable, le numérique et les services, et de répondre à deux exigences sanitaires : la résorption des déserts médicaux et la prévention santé-jeune.

 

Partager sur
  • Partager via Facebook
  • Partager via Google
  • Partager via Twitter
  • Partager via Email