Budget 2017 : « Coopération internationale et tourisme : l’Ile-de-France réaffirme son ambition de solidarité et d’attractivité »

Examen et vote du budget primitif : THI HONG Chau Van a rappelé lors des débats budgétaires que l’ambition de la Région dans le domaine international est de financer des actions concrètes plutôt que des structures sur place. « Il nous appartient d’inventer la coopération de l’ère du numérique. Dans le domaine du tourisme, le budget répond tout à la fois aux inquiétudes liées aux attentats et à la crise structurelle d’un secteur exposé à une vive concurrence des grandes métropoles mondiales » a souligné la conseillère régionale du groupe CD.

« Madame La Présidente,

Monsieur le Vice-Président,

Chers collègues,

Le budget de la coopération internationale est certes en baisse, mais c’est un budget assumé de rationalisation et de recherche de l’efficacité. Il est conforme à la délibération votée en décembre dernier.

L’ambition de la région est de financer les actions plutôt que des structures sur place. Il conviendra donc d’inventer la coopération du futur avec l’ère du numérique qui permettra d’agir avec moins de personnel sur place et plus de relations via internet. On peut faire mieux avec moins.

La Région Île-de-France est riche de personnes originaires ou de ressortissants des pays membres de la Francophonie. Cette population multiculturelle et francophone doit être un atout pour faire rayonner notre Région à l’international.

« La Francophonie, une « promesse » de coopération culturelle, mais aussi économique », comme un article des Echos.fr l’a rappelé le 10 janvier dernier. Elle ne se limite pas à l’utilisation de la langue française dans les anciennes colonies ou les sphères d’influence de la France. En effet, la Francophonie institutionnelle (Organisation internationale de la Francophonie, OIF) est aujourd’hui composée de 84 entités (États et gouvernements). Ces pays membres de la Francophonie représentent plus de 20 % des échanges commerciaux mondiaux. Ils peuvent constituer au-delà de simples débouchés commerciaux de futures partenaires de croissance pour nos industries, nos PME, nos établissements d’enseignement et de recherche, etc. »

En ce sens, il serait utile que la Région Île-de-France intégre l’Organisation internationale de la Francophonie (OIF) pour amplifier ses valeurs ajoutées.

J’en viens au budget du tourisme.

« 2016, Année noire pour l’hôtellerie française » tel est le titre des Echos du 4 janvier dernier, faisant état d’une étude qui démontre « le décrochage des deux locomotives régionales de l’hôtellerie française, à savoir l’Ile-de-France et Provence-Alpes-Côte d’Azur, durement affectées par le terrorisme et la chute du tourisme international ».

A la découverte de ce budget, je me réjouis donc de constater qu’un effort budgétaire stable en faveur du tourisme par rapport à 2016. Un budget qui s’inscrit dans la ligne droite du plan adopté en novembre dernier.

Ces mesures répondent à la fois aux inquiétudes liées aux attentats mais également aux causes plus profondes de la crise, afin de redynamiser ce secteur à travers la promotion massive des mesures de sécurité, des atouts culturels et de l’offre touristique francilienne auprès des touristes étrangers.

Pour autant, il conviendra, mes chers collègues, de mettre non seulement l’accent sur ces actions prioritaires mais également sur l’accompagnement de la clientèle internationale. 

En ce sens, nous devrons combiner les commissariats mobiles à une plateforme multilingue ou une entreprise d’interprètes pour des traductions simultanées.

Avec tous ces dispositifs, nous espérons que l’année 2017 sera une année de renaissance et d’espoir pour relancer la fréquentation touristique, redorer l’image de la France et faire de l’Ile-de-France en particulier, une région attractive pour booster le secteur du tourisme dont les retombées économiques sont considérables.

Je vous remercie. »

Partager sur
  • Partager via Facebook
  • Partager via Google
  • Partager via Twitter
  • Partager via Email