Budget 2017 : « Le budget environnement-énergie aborde des sujets que le groupe Centre et Démocrates considère comme hautement prioritaires »

Priorité pour les élus du Groupe Centre et Démocrates, « le budget environnement de la région Ile-de-France est à la hauteur des enjeux » a déclaré Didier DOUSSET lors des débats budgétaires. A cette occasion, le maire du Pléssis-Trévise a rappelé que  ce projet de budget abordait des sujets que le groupe Centre et Démocrates considère comme hautement prioritaires car à l’intersection des problématiques urgentes de l’environnement, de la pollution de l’air, du changement climatique, de la santé, mais aussi du développement économique et de la création d’emplois durables tournés vers l’avenir.

Retrouvez l’intégralité de son intervention :

 

« Madame la présidente,

Madame la vice-présidente,

Chers collègues,

Avec le budget consacré à l’environnement et à l’énergie, nous abordons des sujets que le groupe Centre et Démocrates considère comme hautement prioritaires car à l’intersection des problématiques urgentes de l’environnement, de la pollution de l’air, du changement climatique, de la santé, mais aussi du développement économique et de la création d’emplois durables tournés vers l’avenir.

Nous nous félicitons donc de voir ce budget consolidé après des années de baisse continue. Je crois utile de rappeler qu’entre 2010 et 2015 le secteur « Environnement, agriculture, énergie » a connu une baisse de 17,59 M d’€ et que pour le budget 2015, le compte administratif a enregistré des « gels budgétaires » conséquents, le seul secteur de l’environnement, accusant 44,5 M d’€ non dépensés soit 39% des crédits votés. Sachons dire les choses avec objectivité en comparant les chiffres plutôt que de dénoncer de manière totalement exagérée des situations qui, en comparaison de ce qui fut le cas dans la précédente mandature, est loin de devoir nous faire rougir, bien au contraire.

Nous pouvons donc nous féliciter qu’en 2017, le budget environnement d’un montant de 86,080 M d’€ en investissement, soit en hausse de 22 millions et demi par rapport à 2016 ce qui représente un effort particulièrement soutenu.

Permettez-moi quelques coups de projecteur sur ce qui nous tient à cœur.

Notre groupe pense nécessaire de conforter le monde associatif qui, dans le domaine de la sensibilisation, de la diffusion des bonnes pratiques et des bons gestes, est un acteur historiquement de premier plan. Nous pensons également urgent de réfléchir à un nouvel élan en faveur des énergies renouvelables  qui représentent à peine plus de 4% de l’énergie finale consommée sur le territoire francilien… quand elle atteint 50% dans d’autres régions. Et précisément, pour reproduire ce qui marche ailleurs, pourquoi ne pas imaginer sur ce sujet de créer une SEM spécifiquement dédiée aux énergies renouvelables, en partenariat avec des énergeticiens. Nous devons également rester très présents sur la rénovation du bâti en nous investissant fortement avec l’ADEME sur la nouvelle compétence de la région dans l’écriture de son Plan régional d’efficacité énergétique. Les acquis, tel que les Espace Info Energie et les récentes et nouvelles plateformes de la rénovation énergétique, doivent être préservés en nous appuyant sur les travaux que mène sur ce sujet Régions de France. Les économies d’énergie dans le bâti est considérable, notamment dans le pavillonnaire qui concerne de nombreux foyers franciliens et auprès de qui il serait opportun de conduire une action spécifique de la Région… pourquoi pas une aide pour une rénovation des toitures des résidences pavillonnaires par exemple, ou celle des bâtiments communaux, à imaginer avec des partenariats financiers avec la CDC par exemple.

Je veux également souligner le travail que nous ferons ensemble sur la question spécifique de la protection des arbres en Ile de France au travers de la mission que vous avez bien voulu confier, madame la Présidente, au président de notre groupe, Yann Wehrling.

Pour terminer, je voudrais souligner que la question environnementale relève, sans doute plus que d’autres, d’une politique transversale. L’environnement doit irriguer d’autres budgets,. Ainsi en va-t-il de l’agriculture et nous y reviendrons en insistant sur la nécessité de développer, pour la biodiversité et notre santé, une agriculture biologique dynamique. Plus structurellement, c’est aussi le budget « développement économique » que nous devrons verdir pour être réellement efficace dans notre politique environnementale. C’est un chantier que nous pourrons par exemple engager via l’économie circulaire… mais pas seulement.

En résumé, notre groupe, vous le savez déjà, est et restera très présent sur tout ce qui pourra permettre de faire avancer la réduction de l’impact de l’Ile de France sur la planète.

Je vous remercie. »

 

Partager sur
  • Partager via Facebook
  • Partager via Google
  • Partager via Twitter
  • Partager via Email