« La simplification des normes amplifiera l’effort de la Région pour lutter contre la pénurie de logement »

Afin de lutter contre la pénurie d’environ 250 000 logements en Ile-de-France, la Région a adopté une délibération visant à améliorer et simplifier sa politique en faveur du logement social. Pour Charlotte BAELDE, cette simplification permettra d’amplifier la construction de nouveaux logements.

« Madame la présidente,

Monsieur le vice-président,

Mes chers collègues,

La délibération que nous examinons aujourd’hui est particulièrement importante. Elle répond, pour la part de compétence régionale qui nous revient, au sujet lancinant de la pénurie de logements en île de France, sujet de préoccupations partagées, car cette pénurie constitue un frein à la croissance économique et pèse lourdement sur le pouvoir d’achat des Franciliens.

Cette pénurie d’environ 250 000 logements a évidemment plusieurs causes clairement  identifiées : coût et pénurie du foncier, normes trop contraignantes, complexité des circuits de décision, arbitrage en faveur de l’immobilier de bureau et d’entreprise contribuant à l’explosion des coûts et participant à hauteur de 40% à la pénurie, selon une étude Immo G Consulting parue en mai 2016.

Forte heureusement, la tendance est aujourd’hui en train de s’inverser et il s’agit désormais de la confirmer et de l’amplifier car si le nombre de logements construits progresse, nous sommes encore à un rythme au plus bas depuis les années ­60 à en croire L’Institut d’aménagement et d’urbanisme d’Île de France.

C’est le sens de cette délibération avec d’abord une mission renforcée pour l’Établissement Public Foncier Île-de-France qui dispose d’une capacité d’investissement de plus d’1,7 milliard d’euros sur la mandature et d’un maillage territorial élargi à 320 communes qui représentent 75% de la population francilienne. Il faut également ajouter un assouplissement du mode d’emploi des fonds SRU, décidé en décembre dernier, sous votre impulsion, madame la présidente.

Parmi les mesures énumérées dans cette délibération, je voudrais souligner notamment le renouvellement des partenariats avec la fondation Abbé Pierre afin de soutenir les opérations très sociales de la maîtrise d’ouvrage d’insertion. Je voudrais également rappeler que le fil rouge de notre politique du logement social qui vise à casser les ghettos et à diversifier l’offre afin de ne plus laisser de côté les classes moyennes et les familles permettra, à terme, de baisser les coûts de production. Des coûts que la Cour des Comptes a jugés en 2015 exorbitants, dénonçant dans un véritable réquisitoire, une politique ruineuse et inadaptée.

Je vous remercie. »

Partager sur
  • Partager via Facebook
  • Partager via Google
  • Partager via Twitter
  • Partager via Email