Conseil régional des 9 et 10 mars : retrouvez la question orale de Bruno MILLIENNE sur la situation des agriculteurs franciliens

Quelques jours après la clôture du Salon de l’Agriculture, retrouvez la question orale posée par Bruno MILLIENNE à l’occasion du Conseil régional des 9 et 10 mars et au nom du groupe du Centre et des Démocrates sur la situation des agriculteurs franciliens.

« Madame la Présidente,

Le Salon de l’Agriculture vient de fermer ses portes. Il fut marqué par la mort récente de Xavier Beulin, le président emblématique de la FNSEA depuis 2010. Nous ne pouvons que rendre hommage à cet homme de conviction qui s’est battu pour l’agriculture jusqu’à son dernier souffle.

Cette 54ème édition fut une véritable réussite : 620 000 visiteurs. Ces chiffres en hausse confirment l’engouement des Français et des Franciliens pour cette profession.

Ceux qui ont pu avoir l’occasion de s’y rendre ont pu constater que l’innovation était au cœur de ce salon avec de nombreux stands consacrés aux nouvelles technologies. A titre d’exemple, la ferme digitale accueillait deux fois plus de start-ups et d’applications numériques que l’an passé.

Mais en arpentant les couloirs du salon, j’ai surtout constaté la détresse du milieu agricole. Sachez que depuis cette année, plus de 50% des paysans gagnent moins de 354 euros par mois. Rappelons qu’ils n’étaient que  30% en 2015. Cette tendance qui s’accélère n’est cependant pas nouvelle : en 25 ans, le nombre de fermes a baissé de 60%.

L’année 2016 aura imposé aux paysans franciliens de subir une nouvelle fois les conséquences du changement climatique. Les fortes précipitations du mois de juin ont particulièrement affecté les exploitations céréalières et maraîchères.

La Région avait alors adopté un plan d’aide pour l’achat de semences certifiées ainsi qu’un soutien au triage à façon pour les semis de printemps.

Pourriez-vous nous préciser, Madame la Présidente, dans quelle mesure ces aides furent distribuées aux agriculteurs durement touchés ?

Bien que la profession connaisse un désarroi important, elle rencontre toujours autant de succès auprès des jeunes. Les candidats aux BTS agricoles n’ont même jamais été aussi nombreux : +14% pour le BTS « conduite de l’entreprise agricole » par exemple ces 8 dernières années.

Cet engouement vient essentiellement des enfants des familles qui ne comptent pas d’agriculteurs, ce qui témoigne d’un renouvellement de la population paysanne mais pose un véritable défi à la profession.

L’autre défi est la transformation de la demande en produits alimentaires qui privilégie de plus en plus les produits certifiés et issus de l’agriculture biologique (+20% sur l’année 2016)  – alors que le Bio en IDF ne représente aujourd’hui que 2% de la surface agricole.

A cet effet, Madame la Présidente, quelles sont les actions que la Région compte entreprendre en ayant à l’esprit la situation actuelle des agriculteurs et les nouvelles perspectives qui se dessinent ?

Merci. »

Partager sur
  • Partager via Facebook
  • Partager via Google
  • Partager via Twitter
  • Partager via Email