Conseil régional des 9 et 10 mars : retrouvez les principales prises de positions et contributions de vos élus MoDem

A l’occasion de la séance plénière du Conseil régional d’Ile-de-France des 9 et 10 mars, les élus MoDem présenteront leur plan régional pour la défense du patrimoine non protégé. Il permettra notamment la désignation chaque année d’une capitale régionale du patrimoine et le lancement d’une plateforme de financement participatif autour du patrimoine francilien.

Le Groupe du Centre et des Démocrates défendra également plusieurs amendements afin de préparer l’arrivée de la voiture autonome en Île-de-France et de soumettre chaque financement régional pour les routes à une étude d’impact sur la qualité de l’air. Les autres actions des élus MoDem viseront à valoriser les arbres remarquables sur tous les territoires franciliens, à renforcer la pratique sportive au sein des lycées de la région et à demander la construction d’un nouveau lycée dans le Val-de-Bussy (77). Les élus Modem franciliens s’opposeront enfin à l’inscription des clauses dites « Molière » dans les marchés publics de la Région en raison de leur caractère potentiellement discriminant.

 

Défendre et valoriser le petit patrimoine francilien – rapport présenté par le groupe CD

Du fait de sa place dans l’histoire française, européenne et mondiale, la Région Île-de-France dispose d’un patrimoine conséquent à entretenir et à valoriser. Au-delà des sites reconnus par l’UNESCO et des 4000 édifices protégés au titre des monuments historiques, nous souhaitons défendre une politique pour le patrimoine non-protégé : les centaines de bâtiments, mobiliers, ornementations qui appartiennent à l’histoire locale et qui constituent un héritage à rénover et à valoriser.

Encourager l’engagement citoyen pour la défense du petit patrimoine :

Nous proposerons la création d’une plateforme qui puisse recenser l’ensemble du patrimoine francilien, en particulier celui non-protégé, et permettre aux citoyens de renseigner des actions de valorisation (organisation d’événements, recherches historiques collaboratives). Elle leur permettra aussi de lancer des actions de financements participatifs (crowdfunding) pour la préservation du patrimoine. Nous proposerons que le soutien de la région en cas de financement participatif soit amplifié.

Améliorer la valorisation du patrimoine non-protégé :

Nous lancerons l’idée de créer un label « Capitale régionale du patrimoine », qui sera décerné chaque année à une ville francilienne pour la récompenser de la valorisation de son patrimoine, ce qui permettra de mettre l’accent sur des sites aujourd’hui encore mal identifiés. Nous soutiendrons également l’idée d’associer davantage les publics scolaires aux journées européennes du patrimoine.

Développer les retombées économiques et sociales de la protection du patrimoine :

Une étude réalisée par la Région PACA démontre que pour un euro investi dans le patrimoine, ce sont dix euros de retombées pour l’économie régionale. Partant de ce constat, nous entendons : réaliser un diagnostic emploi-formation sur les métiers d’arts dans chaque bassin économique pour adapter les dispositifs régionaux aux besoins du secteur avec le soutien de la fondation du patrimoine ; créer un Campus des métiers consacré aux métiers d’arts et du patrimoine pour améliorer la visibilité des formations d’excellence, attirer davantage de jeunes vers ces formations et développer la prospective autour de ces formations et augmenter le soutien régional aux chantiers écoles lorsqu’ils concernent des projets de rénovation du patrimoine régional.

Le Plan vert régional

La Chambre Régionale des Comptes d’Ile-de-France dénombre à ce jour au minimum 193 communes carencées en espaces verts, avec moins de 10 m2 par habitant. En première ligne depuis l’installation de la nouvelle majorité sur les questions environnementales, de végétalisation et de biodiversité, notre groupe, par l’intervention de Bruno MILLIENNE, président de NatureParif, soutiendra les 5 millions d’euros débloqués dès 2017 pour la mise en œuvre du Plan vert régional et les objectifs poursuivis : relancer la création d’espaces verts et boisés prioritairement dans les zones carencées et promouvoir des espaces verts multifonctionnels permettant de lutter contre les îlots de chaleur, d’améliorer la qualité des paysages et du cadre de vie, d’accueillir davantage de biodiversité et de désimperméabiliser des espaces publics existants.

Notre groupe salue également la création future d’une Agence régionale de la biodiversité et accueille avec responsabilité la mission confiée par la présidente de Région à notre président de groupe Yann WEHRLING qui, visera à prendre en considération la question des arbres et plus particulièrement des arbres remarquables d’Ile-de-France.  Les travaux de M. WERHLING comprendront notamment l’étude d’un statut pour les arbres remarquables en vue d’une reconnaissance nationale.

Nouveaux investissements dans les lycées et la construction d’un nouvel établissement à Bussy-Saint-Georges (77)

Un examen par bassin de vie a permis d’identifier de sérieux manques d’anticipation des évolutions démographiques et des carences importantes d’investissement dans les 10 dernières années. Le nouveau programme d’investissement prévoit la création de 21 600 places (soit le double du PPI voté par la précédente majorité), qui prendront notamment la forme de 10 lycées neufs supplémentaires. Notre groupe, par la voix de Béatrice LECOUTURIER, présidente de la Commission éducation, se réjouira de voir que les promesses sont tenues.

Le nouveau PPI s’attache également à rénover les lycées existants qui ont souffert d’un  sous-investissement chronique : 43 lycées (soit près d’1 lycée sur 10) devront bénéficier d’une rénovation globale.

De plus, nous accueillerons avec satisfaction l’objectif affiché d’atteindre 50% de produits biologiques et locaux dans les cantines scolaires à horizon 2024.

Le groupe défendra l’inscription de la construction d’un nouveau lycée à Bussy-Saint-Georges dans le PPI 2027 pour faire face à la saturation du Lycée Martin-Luther-King et la forte évolution démographique suite à la politique de construction de logements menée par l’Etat via EPAMARNE (+1500 élèves à horizon 2025).

Plan « anti-bouchon » : prendre en compte l’impératif environnemental et anticiper l’arrivée du véhicule autonome

Si nous soutenons le Plan de décongestion des axes routiers présenté par l’exécutif régional, nous resterons vigilants à l’impact que peuvent avoir certaines opérations sur l’environnement. Nous porterons en ce sens par amendement le conditionnement des aides régionales aux projets routiers à un impact nul sur la qualité de l’air.

Soucieux d’anticiper l’arrivée des nouvelles mobilités innovantes dans les meilleures conditions pour les Franciliens, le réseau et l’environnement, nous proposerons de lancer une étude d’impact sur le déploiement du véhicule autonome en Ile-de-France.

 

Small Business Act

Sur l’initiative de notre groupe, le Conseil régional avait acté en décembre le lancement d’un plan pour faciliter l’accès des PME franciliennes aux marchés publics régionaux. La proposition soumise à l’assemblée régionale permettra d’améliorer l’accompagnement des PME et de simplifier drastiquement les procédures régionales.

Clause « Molière »

Nous émettrons un avis réservé sur la proposition de l’Exécutif d’introduire une clause dite « Molière » dans les marchés publics régionaux,  censée lutter contre la directive des travailleurs détachés. Notre groupe rappellera que cette dernière est en passe d’être réformée par le Parlement européen. La clause « Molière » peut aussi avoir des effets pervers sur l’intégration des travailleurs étrangers en situation légale.

Lancer les assises du sport en milieu scolaire

Nous proposerons par voie d’amendement la création d’assises du sport en milieu scolaire, dont l’objectif est de réunir les acteurs régionaux compétents pour lancer une réflexion sur la place de la pratique sportive dans les lycéens franciliens. Cela permettra également de contribuer à faire des lycées de véritables lieux de vie scolaire, culturelle et sportive pour les jeunes Franciliens et ainsi contribuer à la diminution du décrochage scolaire.

La région pourrait à terme participer à la création, au développement et au financement des associations sportives scolaires et des championnats ou ligues inter-lycées et inter-académiques afin de donner aux jeunes lycéens le goût de l’engagement et de la compétition sportive individuelle et collective.

Partager sur
  • Partager via Facebook
  • Partager via Google
  • Partager via Twitter
  • Partager via Email