« Le plan anti-bouchon améliorera considérablement le quotidien des Franciliens et devra prendre en compte l’impératif environnemental »

A l’occasion du Conseil régional des 9 et 10 mars, Huguette FOUCHE s’est félicitée de l’adoption du nouveau plan anti-bouchon qui permettra de décongestionner de nombreux axes routiers. La conseillère régionale des Yvelines a également rappelé par amendement que toutes les opérations d’infrastructures prévues dans ce plan devraient prendre en compte l’impact environnemental. Elle a également appelé à ce que la Région anticipe l’arrivée du véhicule autonome en lançant une étude d’impact.

« Enfin ! Finie l’opposition entre le fret et le routier. L’investissement pour un Plan route n’est plus tabou.

Tous les Franciliens ne prennent pas les transports en commun, rappelons que 75% des déplacements s’effectuent encore en voiture.  Certains combinent plusieurs modes de transport : bon nombre de Franciliens sont obligés de prendre la voiture notamment lorsqu’ils habitent en zone rurale ou péri urbaine. Donc points de congestion et bouchons !

Cela pénalise la qualité de vie de nos concitoyens et la compétitivité économique de notre territoire. Nous saluons donc la nouvelle volonté affichée par la majorité.

Nous l’avions déjà précisé en septembre : notre action doit porter sur l’amélioration de l’offre routière et sur la réduction de la demande. La mise en place de 1000 tiers lieux d’ici 2021 et l’engagement ferme en matière de télétravail sont des gestes forts en matière de réduction des besoins de déplacements.

Ce plan anti bouchons va également permettre une meilleure maitrise des déplacements, en concertation avec les gestionnaires que sont les Départements et l’Etat. Les projets soutenus seront mieux évalués pour assurer un développement régional équilibré : Finis les ouvrages d’art ou rond points qui ne servent à rien, sinon à faire plaisir à l’édile local. La région va ainsi donner une vraie visibilité au réseau routier francilien et éviter ce qui se passe un peu aujourd’hui où l’on se passe la patate chaude en déplaçant le problème chez le voisin.

Assurons-nous également que cette nouvelle coopération entre gestionnaires nous permettra de bénéficier bientôt de données de trafic en temps réel accessibles en OpenData.

Nous appelons toutefois à la vigilance, si le développement des infrastructures routières participe à court terme à réduire la congestion, elles s’avèrent souvent néfastes en produisant un report modal pour la voiture.

Nous avions ainsi décidé en septembre dernier de lier nos décisions d’investissement à une étude d’impact sur l’environnement et la qualité de l’air, conformément à ce que nous avions voté pour les voies sur berges. Nous défendrons ce principe encore aujourd’hui.

Nous devrons également être une région pilote dans les innovations routières. C’est tout le sens du règlement d’intervention qui permettra d’accompagner les Franciliens en développant les voies de covoiturage et les vitesses modulées. Les travaux auront également recours à des matériaux améliorant la sécurité des passagers,  réduisant les nuisances sonores et environnementales.

Notre groupe est particulièrement favorable à la construction de voies dédiées aux mobilités routières vertueuses (voitures partagées, covoiturage, bus à haut niveau de service, etc.).

Le règlement prévoit d’agir en faveur du déploiement du véhicule autonome. Nous saluons cette initiative et nous défendrons à cet égard le lancement d’une étude pour anticiper son arrivée.

Nous appelons aussi à ce que le Plan anti bouchon s’inscrive dans le projet global d’un Réseau Régional des déplacements et soit complémentaire du Plan Fret et du futur Plan Vélo.

Nous souhaiterions enfin que la commission transports travaille, avec les départements et l’Etat, à un observatoire de la réduction des congestions routières.      

Pour toutes ces raisons, nous soutiendrons ce rapport. »

Partager sur
  • Partager via Facebook
  • Partager via Google
  • Partager via Twitter
  • Partager via Email