La Région s’engage pour la protection des victimes

A l’occasion de la séance plénière du Conseil régional des 18 et 19 mai, Huguette FOUCHE s’est félicitée du nouveau dispositif visant à mieux protéger les victimes :

« Je me félicite que la sécurité compte parmi les grandes priorités de cette mandature. Je crois d’ailleurs à avoir écouté attentivement le nouveau ministre de l’Intérieur hier soir, que cette priorité est désormais largement partagée, et c’est une bonne chose. Nous avons adopté en janvier dernier un Bouclier Sécurité qui comprend des mesures très concrètes et visibles : vidéo-protection dans les transports et les communes, aide à l’équipement des polices municipales et le renforcement de la sécurisation de nos lycées pour ne citer que les principales.

Comme représentante de la Région dans plusieurs lycées et par ailleurs élue locale, je me fais écho ici des satisfactions des uns et des autres car ces mesures commencent concrètement à être mises en place grâce à un budget d’investissement exceptionnel de 18 millions d’euros.

Ce bouclier, j’en suis convaincue, à très certainement contribué à  retrouver un sentiment de sécurité si nécessaire pour notre attractivité touristique.

Ce dispositif méritait toutefois d’être complété par des actions plus concrètes encore, plus individuelles, plus tournées en direction des victimes et des plus fragiles.

Aujourd’hui, plus de 230 000 femmes sont victimes de violence conjugales,  84 000 de viol, dont seulement 14% portent plainte.

Les délits routiers ont augmenté de 0,2% en 2016 avec 3469 personnes tuées.

Nos militaires, nos policiers, nos pompiers, à qui nous devons rendre un hommage particulier, eux qui sont si sollicités depuis plusieurs mois,  sont eux aussi victimes ou blessés et nous pensons évidemment à leurs familles qui ont besoin de notre soutien.

Nous devons aussi saluer le travail fantastique fait par les associations d’aides aux victimes, de violence, de délits et aujourd’hui d’attentats.

Nous approuvons donc cette décision complémentaire de soutien aux appels à projet qui seront déposés par les associations. L’argent sera ainsi mieux utilisé car mieux ciblé.

Une communication particulièrement importante  doit être faite par la Région pour accompagner et informer les associations et les victimes de violence de toutes les actions mises en place.

Nous nous associons évidemment à Frédéric Péchenard pour développer sur tous les départements franciliens le dispositif TGD (pour les initiés : Téléprotection Grave Danger)  qui ne couvrait pas jusqu’à présent tous les départements franciliens.

Il y aura sûrement et malheureusement plus de 157 téléphones à distribuer aux victimes en grave danger de violence conjugales car les chiffres dont nous disposons sans doute en-deçà de la réalité. Dans tous les cas, cette télé-protection doit pouvoir être  apportée le plus rapidement possible malgré l’encombrement des TGI. C’est la plupart du temps un besoin vital.

Il faut enfin souligner le travail extraordinaire fait par les quelques 35 associations d’aide aux victimes de violence qui sont au contact de personnes fragiles, souvent détruites par la violence et qui doivent se reconstruire et oser porter plainte.

Je vous remercie. »

Partager sur
  • Partager via Facebook
  • Partager via Google
  • Partager via Twitter
  • Partager via Email