Pour une dynamisation et une pérennisation du Conseil Régional des Jeunes

Lors de la séance plénière des 18 & 19 mai 2017, Sandrine Lamiré-Burtin s’est exprimée sur le Conseil Régional des Jeunes.

Madame la Présidente,

Monsieur le Vice-Président,

Mes chers collègues,

Si les dimensions éducatives autour de la petite enfance ont été longtemps et -très largement privilégiées- par les politiques, la jeunesse ne faisait pas l’objet, d’un affichage aussi clair. Fort heureusement, elle devient primordiale pour les collectivités territoriales.

Il est nécessaire en effet d’être au plus près des attentes de la jeunesse, saisir ses attentes, comprendre ses préoccupations et ses inquiétudes et surtout favoriser son engagement et son implication dans la vie de la cité. Il faut aussi, dans sa représentation, tenir en compte de sa diversité sociale et territoriale.

C’est donc un enjeu majeur pour notre région où les jeunes représentent 21% de la population francilienne. Il doit satisfaire le plus grand nombre et doit trouver des réponses au sein des conseils des jeunes municipaux ou départementaux qui fleurissent depuis quelques années et depuis 2004.

Le CRJ repose sur une démarche bénévole, respecte le principe d’égalité entre les membres, représente un modèle d’organisation participative transculturelle et trans-classes. C’est une aventure collective, une expérience partagée de co-construction de projets, particulièrement formatrice à l’âge charnière de l’adolescence.

C’est un lieu d’expression démocratique où s’expérimente la richesse de la diversité, c’est également un lieu d’apprentissage où se construit un capital social et culturel mobilisable dans le milieu scolaire, professionnel.

Cette instance satisfait le désir d’engagement des adolescents et des jeunes adultes et participent à les sensibiliser au politique. Elle confère, par l’implication locale, un ancrage fort à des jeunes, parfois issus de l’immigration. Notre groupe souligne l’initiative du nouveau découpage territorial qui permettra de facto une meilleure représentativité de la jeunesse francilienne.

Votre volonté, Monsieur le Vice-Président de renouveler l’organisation de cette instance est nécessaire pour dynamiser et pérenniser ce CRJ et lui donner plus de lisibilité.

La participation des jeunes est facteur de cohésion sociale, et permet également la construction identitaire des jeunes -personnelle et collective- ainsi que leur autonomie et les incite à devenir des acteurs responsables dans la société.

Je vous remercie.

Partager sur
  • Partager via Facebook
  • Partager via Google
  • Partager via Twitter
  • Partager via Email