Prévention et lutte contre l’illettrisme : une priorité régionale.

Marie-Christine Dirringer est intervenue en séance plénière sur le plan régional de prévention et de lutte contre l’illettrisme.  Plus de 300 000 Franciliens de 18 à 65 ans sont concernés et les conséquences sont dramatiques sur le plan économique et social et sur l’accès à l’emploi.

Madame la Présidente

Monsieur le Vice-Président,

La crise économique, les défauts de l’Education Nationale et l’afflux de personnes ne parlant pas français ont augmenté le nombre de personnes illettrées, voire analphabètes.

Plus de 300 000 Franciliens de 18 à 65 ans sont concernés et les conséquences sont dramatiques sur le plan économique et social et sur l’accès à l’emploi.

Depuis 2014, la région agit en matière d’illettrisme en ayant recours au GIP de l’académie de Versailles qui fait office de Centre de Ressources en Illettrisme et Maîtrise de la Langue et d’opérateur de la stratégie régionale.

Le nouveau plan avance deux enjeux majeurs :

  • D’abord identifier les personnes en situation d’illettrisme et les convaincre de s’engager dans un parcours de formation.

Le plan prévoit d’élargir les points de repérage des personnes en situation d’illettrisme.

Les jeunes en situation d’illettrisme sont souvent très éloignés de l’emploi et des structures d’insertion, tandis que les adultes cherchent souvent à dissimuler leurs difficultés face à l’écrit et sont réticentes à suivre un parcours de formation.

  • Ensuite améliorer les formations visant à l’acquisition des compétences de base.

Ces formations doivent s’adapter à des situations très différentes mobilisant des ressources matérielles et financières particulières.

Ce plan me semble comporter cinq points de satisfaction mais aussi de vigilance.

  1. Cette stratégie répond à ce double enjeu, mais manque peut-être une opération de communication à destination du grand public pour sensibiliser les “lisants” et lutter contre la discrimination.
  2. Il s’inscrit dans la nouvelle organisation de la formation professionnelle en incluant les nouvelles instances de concertation et de gouvernance et en instituant un véritable continuum d’acteurs.
  3. Ses objectifs semblent être correctement déclinés pour chacun des publics visés. C’était un des éléments sur lesquels le groupe CD avait souhaité attirer l’attention de l’exécutif et de l’Etat l’an dernier.
  4. La stratégie est ambitieuse mais on peine à voir clairement les objectifs chiffrés en matière de personnes prises en charge, de nouvelles places ouvertes en formation pour une évaluation précise des moyens humains et financiers.
  5. Enfin le Groupe CD aimerait avoir davantage de précisions de l’Exécutif sur la mobilisation de ses contacts avec le milieu associatif et avec le tissu économique afin de mieux repérer les jeunes éloignés de l’emploi et les salariés affectés par l’illettrisme. Ils constituent les publics les plus difficiles à intégrer dans des parcours de formation pour la maîtrise de la langue.

En conclusion, le groupe CD votera ce plan régional de lutte contre l’illettrisme.

Partager sur
  • Partager via Facebook
  • Partager via Google
  • Partager via Twitter
  • Partager via Email