La Région vote le doublement de l’aide au financement d’une complémentaire santé à compter de la rentrée 2017 !

Sandrine Lamiré-Burtin est intervenue en séance plénière pour apporter le soutien du groupe Centre et Démocrates à l’amélioration du dispositif d’aide à l’acquisition d’une complémentaire santé pour les étudiants boursiers. A compter de la rentrée 2017, l’aide au financement d’une complémentaire santé doublera en passant à 200 €.

 

Madame la Présidente,

Madame la Vice-Présidente,

Mes chers collègues,

Dans un souci d’équité de l’accès aux soins des franciliens et plus spécifiquement à destination de ses jeunes, la région a remis à plat le dispositif d’aide à l’acquisition d’une complémentaire santé pour les étudiants boursiers.

Un article du Monde rappelle le mois dernier qu’en France, 1 jeune sur 5 renonce aux soins pour des raisons financières particulièrement  lorsque qu’ils sont autonomes et c’est même 35% parmi les 23-25 ans. La santé n’est pas une option mais un droit et ne pas se faire soigner est un marqueur de précarité.

Mais l’engagement de campagne est atteint avec le doublement de l’aide au financement d’une complémentaire santé à compter de la rentrée 2017 qui passe à 200 €. Un engagement qui se poursuit par une volonté d’améliorer les prestations rendues aux jeunes et de mieux s’adapter à leurs besoins.

En effet, le faible recours au précédent dispositif d’aide et la baisse des adhésions peuvent dénoter d’un décalage entre ses dispositions et les besoins exprimés.

Il s’agit notamment d’une population particulièrement touchée par les conduites à risque et difficile à sensibiliser à la prévention santé.

C’est pourquoi la région a intégré des actions de prévention dans son appel d’offres en lien avec les différentes actions mises en place depuis le début de la mandature.

Ce rapport met également fin au monopole des 2 mutuelles étudiantes insatisfaisantes sur un grand nombre de points : retard de paiement des soins qui peuvent s’étendre sur plus de 6 mois, et mauvaise prise en charge de soins tels que les soins dentaires,ophtalmologiques, honoraires médicaux…

Nous réitérerons ici le souhait de notre groupe que l’accès à la santé des jeunes, notamment grâce à leur affiliation au régime général de l’assurance maladie, soit réellement améliorée par le nouveau gouvernement.

En ce qui concerne l’Île-de-France, notre stratégie est claire :

  • Eviter le renoncement aux soins des étudiants pour des raisons de coût en réduisant le reste à charge
  • Favoriser l’accès des jeunes au parcours de soins coordonné en leur apportant l’aide nécessaire pour les rendre acteurs de leur santé
  • Négocier les meilleurs tarifs afin qu’1 euro dépensé soit restitué majoritairement pour les soins et non aux frais de fonctionnement des mutuelles

C’est à l’aune de ces objectifs que nous pourrons évaluer le nouveau dispositif l’année prochaine.

Partager sur
  • Partager via Facebook
  • Partager via Google
  • Partager via Twitter
  • Partager via Email