« La qualité de l’air est une des principales préoccupations environnementales et sanitaires des Français »

Au lendemain de la Journée nationale de la qualité de l’air et à l’occasion de la séance plénière du conseil régional, Yann Wehrling a posé une question sur la problématique de la qualité de l’air en Île-de-France. Retrouvez le texte de l’intervention après la vidéo.



 

« Madame la Présidente,

Hier a eu lieu la journée nationale de la qualité de l’air qui demeure une des principales préoccupations environnementales et sanitaires des français… et à juste titre.

Selon les plus récentes études, la qualité de l’air en France s’améliore pour presque l’ensemble des polluants sauf ceux dont l’origine est agricole.

Ceci appelle au moins trois remarques :

  • la situation générale ne doit pas nous faire oublier qu’il continue d’exister des points noirs, notamment en Ile-de-France qui a motivé encore récemment des procédures de sanctions de la commission européenne à l’égard de la France
  • que c’est la preuve que lorsque des décisions politiques sont prises, pas forcément toujours très populaires, les résultats sont au rendez-vous… je pense aux mesures fiscales autour du bonus-malus, des politiques urbaines plus sélectives sur les véhicules autorisés à circuler et tout ce qui appuie les mobilités nouvelles et dites « douces ».
  • qu’un chantier reste toujours encore devant nous : celui de l’évolution des méthodes agricoles.

Les ministres de l’écologie et de la santé ont annoncé de nouvelles feuilles de route qu’ils veulent élaborer avec les collectivités d’ici mars 2018. J’y vois là l’occasion de proposer une relance du processus dont nous avons déjà plusieurs fois parlé, à savoir l’idée d’un pacte régional pour l’air qui serait le point de compromis entre tous les acteurs publics et privés en Île-de France pour un front commun de lutte contre la pollution de l’air.

Permettez moi madame la Présidente, de profiter de cette question, pour vous rappeler les travaux en cours que notre groupe avait initié et qui progresse avec Île-de-France Mobilité, autour du projet « Navig’air » qui devrait à terme permettre, via la carte Navigo, de gratifier par un système de points, les utilisateurs des transports en commun et de velib qui, de fait, sont des contributeurs nets à la réduction de la pollution de l’air en Île-de-France

Notre majorité poursuit son action et tout récemment encore, avec la création de l’AIRLAB, nous réfléchissons à des solutions nouvelles et innovantes pour généraliser demain des politiques et actions efficaces, y compris dans des domaines que nous n’avions pas identifié jusque là telle que la pollution de l’air intérieur, y compris celle qui sévit dans les réseaux sous-terrain du métro et du RER qui affecte évidemment les usagers mais aussi et surtout tout le personnel, soit près de 26000 agents en Île-de-France.

Je vous remercie »

Partager sur
  • Partager via Facebook
  • Partager via Google
  • Partager via Twitter
  • Partager via Email