« Les lycées restent au cœur de notre politique régionale dans leur diversité sociale et territoriale »

En séance plénière, Béatrice Lecouturier, présidente de la commission Education du conseil régional, est intervenue sur le vote de la Dotation Globale de Fonctionnement des Lycées pour 2018



 

« Madame la présidente,

Madame la vice-présidente,

 

Vous venez de le rappeler, madame la vice-présidente, la région Île-de-France a fait le choix de la réussite de ses lycéens en augmentant la dotation globale de fonctionnement des 467 lycées d’Île-de-France de 0,6% pour l’année scolaire 2018 soit un budget de 80,6 millions d’euros.

 

Les lycées restent donc au cœur de notre politique régionale dans leur diversité sociale et territoriale. Ils restent aussi une priorité dans l’urgence de leur entretien, 1 lycée sur 3 est vétuste et 10% des lycées sont saturés.

 

Alors oui nous comprenons la mobilisation des enseignants qui dénoncent les sureffectifs de leurs classes mais est-il encore nécessaire de rappeler le manque d’anticipation de la majorité régionale précédente qui n’avait pas prévu le baby-boom des années 2000 pourtant bien prévisible ?

 

Comme vous le rappeliez madame la vice-présidente, il ne fallait pas s’appeler Confucius ou Nostradamus pour prévoir l’arrivée des baby-boomers lycéens en 2015.

 

Car oui la réussite des élèves passe par des conditions de travail satisfaisantes dans un cadre agréable pour les professeurs, les élèves et le personnel de la région.

 

C’est l’occasion pour notre groupe de vous rappeler tout notre soutien pour la politique d’urgence des lycées de 5 milliards que vous avez mis en place avec la construction de 12 nouveaux lycées sur 10 ans et les nombreuses rénovations et travaux dont on tellement besoins nos lycées d’Ile de France.

 

 

En second lieu, par cette DGFL, je voudrais rendre hommage aux personnels des lycées de la région que nous croisons régulièrement lors de nos différents déplacements dans les lycées.

Tous ces agents font un travail difficile. Vous avez madame la présidente écouté et pris en considération leurs conditions de travail difficiles en investissant dans un matériel moderne et adapté pour leur faciliter la tâche. Et je suis toujours touchée de constater comme ce personnel vous en est reconnaissant.

 

Je souhaiterais enfin insister sur le volet décrochage scolaire, compétence transférée à la région depuis 2015.

 

En effet, peut-on accepter encore voir sortir du système scolaire chaque année 25 000 jeunes sans aucun diplôme ni formation ?

Doit-on accepter ce constat en se résignant sans mettre en place tous les moyens pour aller repêcher ces jeunes qui se privent d’un avenir social et professionnel de qualité ?

 

Nous vous soutenons madame la présidente dans votre volonté de lutte contre le décrochage scolaire en demandant une liste nominative de ces jeunes afin d’établir très rapidement un contact avec eux.

 

Je connais trop de jeunes et trop de parents concernés qui se sentent isolés, désemparés par cette situation et qui sont pourtant demandeurs d’une aide ou d’une formation qu’ils ne connaissent pas.

 

Car c’est la rapidité des moyens mis en place qui évitent une installation pérenne de désocialisation et de mise en marge du système de formation de ces jeunes.

 

Nous voterons donc cette DGFL madame la présidente, madame la vice-présidente, avec confiance et bienveillance pour offrir à nos lycéens et leurs professeurs les meilleures conditions d’accès à la réussite.

Je vous remercie »

Partager sur
  • Partager via Facebook
  • Partager via Google
  • Partager via Twitter
  • Partager via Email