Avenir des départements franciliens : ne mettons pas la charrue avant les bœufs

Un rapport présenté lors de la commission permanente du conseil régional d’Île-de-France du 24 janvier propose l’adhésion de la région à une « Association pour la Grande Métropole ». Celle-ci rassemblerait, outre le conseil régional, les départements franciliens de l’Essonne, des Hauts-de-Seine, de Seine-et-Marne, du Val-d’Oise et des Yvelines.

Or les statuts de cette association disposent qu’elle « lutte contre l’empilement administratif en s’appuyant sur le bloc communal et les départements ».

Si les élus du groupe du Centre et des Démocrates appellent ardemment à une simplification administrative en Ile-de-France, par la suppression d’échelons et la clarification de la répartition des compétences, ils ne préjugent pas des échelons à supprimer et donc, par voie de conséquence, de ceux à conserver.

De plus la situation des départements en Île-de-France n’obéit pas aux mêmes considérations selon qu’ils sont de la petite ou de la grande couronne. Il ne paraît donc pas pertinent, dans une démarche de réflexion sur l’avenir institutionnelle de la région, de s’engager a priori à préserver l’échelon départemental.

Le seul objectif qui doit motiver les élus franciliens est la simplification des structures administratives dans l’intérêt général des Franciliens et de leur qualité de vie.

Partager sur
  • Partager via Facebook
  • Partager via Google
  • Partager via Twitter
  • Partager via Email