VIDEO – Bruno Millienne interroge Nicolas Hulot sur la pollution de la Seine aggravée par la crue de janvier

Bruno Millienne, Conseiller régional d’Île-de-France et Député des Yvelines, a interrogé Nicolas Hulot à l’Assemblée Nationale sur la question des déchets disparus à Méricourt. VNF avait promis que les 200 tonnes de déchets seraient nettoyés avant la réouverture de l’écluse de Méricourt et qu’aucun lâcher de déchet ne serait opéré.

Monsieur le Ministre,

Comme chacun le sait, les crues de ces dernières semaines ont été dévastatrices pour un grand nombre de communes. En Ile-de-France, les collectivités des bords de Seine n’ont pas été épargnées et tentent, autant que faire se peut – avec le concours des services de l’Etat – et je tiens ici à leur rendre hommage, de secourir et d’accompagner au mieux nos concitoyens sinistrés. Nous avons tous en tête ces belles images de solidarité spontanée.

En revanche, Monsieur le Ministre, depuis quelques jours, c’est une autre image, insoutenable, que nous avons à l’esprit et qui nous rappelle une problématique environnementale de grande ampleur, celle de la pollution fluviale et dans ce cas précis de la pollution de la Seine.

Cette image du barrage de Méricourt dans les Yvelines fait le tour des réseaux sociaux et des médias depuis 3 jours. Elle nous montre 200 tonnes de déchets agglutinés sur 8000 m2. Et ce n’est évidemment que la surface visible de l’iceberg.

Alerté par le maire de Mericourt, Philippe Geslan, à qui j’apporte mon soutien total, je me suis rendu sur place pour constater de visu ce phénomène de pollution. C’est un problème récurrent, certes aggravé par les crues, auquel les pouvoirs publics ne peuvent rester insensibles. Présent sur place, Voies Navigables de France, qui est responsable de la gestion du domaine fluvial s’est engagé à recueillir les déchets dans la semaine, et bien évidemment à ne pas ouvrir les écluses pour ne pas laisser filer ces déchets en aval du fleuve.

Or, je reviens tout juste de Mericourt : les déchets ont disparu. Où sont passées les 200 tonnes ? Nous savons que VNF n’a pas procédé au nettoyage. Nous nous interrogeons et sommes très inquiets.

Les collectivités concernées, des communes à la Région Ile-de-France – qui s’apprête à débloquer des aides substantielles – sont prêtes à réunir les acteurs autour de la table pour définir un partenariat équilibré et proposer des solutions. Avec l’Etat et VNF, nous pourrions, par voie expérimentale, identifier les principaux points noirs de retenue de déchets et les traiter préventivement.

Monsieur le Ministre, pouvez-vous nous assurer que le Gouvernement prend pleine conscience de la gravité de la situation face à cette double crise, locale et nationale et proposera un plan d’action préventif et concerté ?

Je vous remercie.

Partager sur
  • Partager via Facebook
  • Partager via Google
  • Partager via Twitter
  • Partager via Email