VERBATIM – Intervention de Sandrine Lamiré-Burtin sur l’évaluation du SDRIF

Retrouvez ci-après l’intégralité de l’intervention de Sandrine Lamiré-Burtin sur l’évaluation du SDRIF en séance plénière du conseil régional :

 

« Madame la présidente,

Monsieur le vice-président,

Mes chers collègues,

Adopté en 2013 sous l’ancienne mandature, le Schéma Directeur de la Région Ile-de-France, est le plus important des documents de projection et d’anticipation de l’aménagement régional. Dans un monde où le temps court est devenu la norme, où toute décision devrait produire immédiatement des résultats, le SDRIF fixe des ambitions pour notre région à horizon 2030, une date lointaine dans l’absolu mais relativement proche à l’échelle des grandes évolutions urbanistiques.

Le SDRIF a fixé trois grandes lignes directrices : relier-structurer, avec une amélioration du réseau de transports collectifs pour une meilleure accessibilité, polariser-équilibrer, avec le développement d’un polycentrisme régional, et enfin préserver-valoriser avec la limitation de la consommation des espaces naturels.

Ce premier bilan que vous nous soumettez est dense et instructif. L’émergence d’un polycentrisme régional qui contribuerait à rééquilibrer la région entre territoires d’emploi et territoires de logements n’a toujours pas lieu. Le déséquilibre se poursuit avec une surconcentration de logements en Seine-et-Marne et dans l’Essonne et une surconcentration d’emplois à Paris et dans les Hauts-de-Seine. L’inertie en la matière vient de loin et est très forte.

Ce déséquilibre, additionné à la dynamique démographique de notre territoire accentue la pression sur les transports en commun, or ceux-ci sont déjà quasiment saturés. RER et Transilien sont particulièrement sollicités et les Franciliens paient aujourd’hui les sous-investissements chroniques des dernières décennies dans les infrastructures lourdes (caténaires, rails, signalisation ou alimentation électrique). Ile de France Mobilités estime que sur la période du SDRIF, le nombre d’usagers quotidiens des transports en commun augmentera de 20%.

Nous partageons l’inquiétude de l’IAU sur les projets de nouvelles tours à La Défense qui accentueraient encore le déséquilibre logements/emplois et la pression sur les transports en commun. Il faut davantage privilégier l’aménagement de centres d’affaires intermédiaires, dans la logique des pôles du Grand Paris Express.

Quelques points de ce bilan ont particulièrement attirés notre attention. Le recul des espaces naturels en Ile-de-France qui s’est élevé à 4.6% en 5 ans et ne représente plus que 2% du territoire francilien. Or ces milieux naturels sont particulièrement importants pour la préservation de la biodiversité et des continuités écologiques prévues dans le SDRIF. Le développement des activités logistiques qui continuent de s’installer en grande couronne, le long des axes routiers, ce qui contribue à un allongement des distances effectués par les poids lourds. Ou encore l’inquiétude soulevée par l’IAU qui souligne que la reprise économique pourrait se faire au détriment des espaces agricoles. Même si ce chiffre est en diminution, chaque année ce sont en moyenne 588 hectares qui sont encore urbanisés en Ile-de-France. Notre groupe est particulièrement attaché à la préservation des terres agricoles et a toujours privilégié la densification et la réutilisation des friches urbaines et industrielles pour les nouveaux projets d’aménagement autant que faire se peut.

Sur les points de satisfaction nous relevons que l’IAU constate que les nombreux chantiers en cours de développement des transports en commun se poursuivent à un rythme satisfaisant, que les émissions de gaz à effet de serre ont diminué de 11% depuis 2012 dans notre région et, dernier point mais non des moindres, que les politiques menées par le conseil régional sont globalement en cohérence avec les objectifs du SDRIF et qu’aucune n’est contradictoire avec elle. Y compris dans le domaine des mobilités,par exemple avec le plan anti-bouchons et pour changer la route dont l’IAU souligne que ses objectifs sont complémentaires à ceux du SDRIF.

Notre groupe prend donc acte de la présentation des travaux d’évaluation et votera favorablement la délibération qui nous est soumise. »

Partager sur
  • Partager via Facebook
  • Partager via Google
  • Partager via Twitter
  • Partager via Email